Aller au contenu principal

Covid-19
Les ventes se feront de gré à gré

Les ventes des stations génétiques des races Charolaise et Parthenaise sont modifiées, tout comme le commerce des animaux de boucherie de haute valeur génétique.

Les représentants des races bovines espèrent que la situation actuelle contribuera à mettre en valeur l’importance des producteurs français et de fait, à tirer leur rémunération vers le haut.
© CP

Les habitudes changent dans l’urgence de la situation. Le Covid-19 et les mesures de protection des populations associées ont amené les opérateurs à structurer de nouveaux fonctionnements. Les stations d’évaluation génétique de la race charolaise, au Campus des Sicaudières, et de la race parthenaise, au lycée agricole de Melle, modifient leurs systèmes de vente. Les enchères, respectivement programmées vendredi 20 et mardi 24 mars, sont remplacées par une vente en direct chez les propriétaires. « Les taureaux évalués, et donc inscrits, de qualité, génotypés et sain d’ataxie, sont disponibles. Le catalogue et les fiches de chaque animal ont été largement diffusés (Herd Book Charolais ; Campus des Sicaudières ; France Parthenaise ; ). Les ventes se feront de gré à gré », explique Arnaud Oble, directeur de la station.

L'espoir d'un marché dynamique

La foire concours d’animaux de boucherie de Lezay, qui devait avoir lieu jeudi et vendredi, est transformée. Le rassemblement des 185 animaux inscrits n’aura pas lieu. « Les besoins de la distribution restent importants, alors que les éleveurs ont travaillé ces dernières semaines pour que les animaux soient au top. En conséquence, nous diffusons le catalogue de la foire aux acheteurs qui avaient annoncé leur participation. Les ventes se feront de gré à gré. Et comme les frontières sont fermées, j’espère que le marché sera bon. La viande de second choix laisse la place à la production française. Une bonne chose ».

Les agriculteurs qui avaient fait le choix de présenter des animaux se verront remettre un diplôme. Ils pourront les récupérer mardi 24 mars au marché de Lezay entre 9 h et 12 h. « Ce document atteste de la qualité des animaux. Bien entendu, il n’y aura pas de classement. J’espère que la razzia qui a lieu sur les produits alimentaires ces derniers jours, contribuera à une bonne rémunération des éleveurs ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité