Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Covid-19
Les ventes se feront de gré à gré

Les ventes des stations génétiques des races Charolaise et Parthenaise sont modifiées, tout comme le commerce des animaux de boucherie de haute valeur génétique.

Les représentants des races bovines espèrent que la situation actuelle contribuera à mettre en valeur l’importance des producteurs français et de fait, à tirer leur rémunération vers le haut.
© CP

Les habitudes changent dans l’urgence de la situation. Le Covid-19 et les mesures de protection des populations associées ont amené les opérateurs à structurer de nouveaux fonctionnements. Les stations d’évaluation génétique de la race charolaise, au Campus des Sicaudières, et de la race parthenaise, au lycée agricole de Melle, modifient leurs systèmes de vente. Les enchères, respectivement programmées vendredi 20 et mardi 24 mars, sont remplacées par une vente en direct chez les propriétaires. « Les taureaux évalués, et donc inscrits, de qualité, génotypés et sain d’ataxie, sont disponibles. Le catalogue et les fiches de chaque animal ont été largement diffusés (Herd Book Charolais ; Campus des Sicaudières ; France Parthenaise ; ). Les ventes se feront de gré à gré », explique Arnaud Oble, directeur de la station.

L'espoir d'un marché dynamique

La foire concours d’animaux de boucherie de Lezay, qui devait avoir lieu jeudi et vendredi, est transformée. Le rassemblement des 185 animaux inscrits n’aura pas lieu. « Les besoins de la distribution restent importants, alors que les éleveurs ont travaillé ces dernières semaines pour que les animaux soient au top. En conséquence, nous diffusons le catalogue de la foire aux acheteurs qui avaient annoncé leur participation. Les ventes se feront de gré à gré. Et comme les frontières sont fermées, j’espère que le marché sera bon. La viande de second choix laisse la place à la production française. Une bonne chose ».

Les agriculteurs qui avaient fait le choix de présenter des animaux se verront remettre un diplôme. Ils pourront les récupérer mardi 24 mars au marché de Lezay entre 9 h et 12 h. « Ce document atteste de la qualité des animaux. Bien entendu, il n’y aura pas de classement. J’espère que la razzia qui a lieu sur les produits alimentaires ces derniers jours, contribuera à une bonne rémunération des éleveurs ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité