Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Covid-19
Les ventes se feront de gré à gré

Les ventes des stations génétiques des races Charolaise et Parthenaise sont modifiées, tout comme le commerce des animaux de boucherie de haute valeur génétique.

Les représentants des races bovines espèrent que la situation actuelle contribuera à mettre en valeur l’importance des producteurs français et de fait, à tirer leur rémunération vers le haut.
© CP

Les habitudes changent dans l’urgence de la situation. Le Covid-19 et les mesures de protection des populations associées ont amené les opérateurs à structurer de nouveaux fonctionnements. Les stations d’évaluation génétique de la race charolaise, au Campus des Sicaudières, et de la race parthenaise, au lycée agricole de Melle, modifient leurs systèmes de vente. Les enchères, respectivement programmées vendredi 20 et mardi 24 mars, sont remplacées par une vente en direct chez les propriétaires. « Les taureaux évalués, et donc inscrits, de qualité, génotypés et sain d’ataxie, sont disponibles. Le catalogue et les fiches de chaque animal ont été largement diffusés (Herd Book Charolais ; Campus des Sicaudières ; France Parthenaise ; ). Les ventes se feront de gré à gré », explique Arnaud Oble, directeur de la station.

L'espoir d'un marché dynamique

La foire concours d’animaux de boucherie de Lezay, qui devait avoir lieu jeudi et vendredi, est transformée. Le rassemblement des 185 animaux inscrits n’aura pas lieu. « Les besoins de la distribution restent importants, alors que les éleveurs ont travaillé ces dernières semaines pour que les animaux soient au top. En conséquence, nous diffusons le catalogue de la foire aux acheteurs qui avaient annoncé leur participation. Les ventes se feront de gré à gré. Et comme les frontières sont fermées, j’espère que le marché sera bon. La viande de second choix laisse la place à la production française. Une bonne chose ».

Les agriculteurs qui avaient fait le choix de présenter des animaux se verront remettre un diplôme. Ils pourront les récupérer mardi 24 mars au marché de Lezay entre 9 h et 12 h. « Ce document atteste de la qualité des animaux. Bien entendu, il n’y aura pas de classement. J’espère que la razzia qui a lieu sur les produits alimentaires ces derniers jours, contribuera à une bonne rémunération des éleveurs ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

D’une exploitation à l’autre, des impacts du simple au double
Sur le pont en plein cœur de la crise qui cloître la majorité des Français chez eux, les agriculteurs s’adaptent avec courage à…
Machin'Agri Saison 1 #épisode4
Découvrez l'épandeur Ploeger AT4103 trois roues. 
Intergénérationnel, le palet fait des adeptes
Jeu traditionnel des départements de la Vendée et du Poitou, le palet n’a rien d’une activité ringarde et séduit les grands comme…
Pour l’avenir du métier : anticiper la reprise
La MFR Saint-Loup-sur-Thouet et la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres ont noué un partenariat depuis deux ans pour améliorer…
Pas de restriction pour les activités agricoles

"Après échange avec le Ministre de l’Agriculture, il est, ce matin, confirmé que les activités agricoles ne sont pas…

Lezay, Parthenay : plus de cotations actuellement en Deux-Sèvres
A Lezay, comme à Parthenay, les acteurs des marchés sont inquiets. Les cotations n’ont plus lieu depuis deux semaines alors que…
Publicité