Aller au contenu principal

Installation
L'inlassable promotion du métier par le Point info installation

Le nombre candidats à l'installation a tendance à augmenter. Mais d'après le Point info installation il sera difficile, dans les conditions actuelles, de remplacer tous les départs en retraite à partir de 2014.

Armand Roquier se félicite du succès des mini-forums pour promouvoir l'installation.
Armand Roquier se félicite du succès des mini-forums pour promouvoir l'installation.
© G. R.

Sur les premiers mois de l'année 2013, la fréquentation du Point info installation était qualifiée « d'inédite » par l'ancien président, David Péquin, remplacé depuis un an par Armand Roquier. Et en fin d'année dernière cette tendance a été confirmée. « L'accueil a une nouvelle fois été supérieur à l'année précédente », constate celui-ci.
L'accueil sur rendez-vous pour orienter les porteurs de projets a donc rencontré un fort succès l'année dernière. Cent soixante-dix-sept d'entre eux ont fait appel à ce service, à Vouillé, Bressuire, Thouars et Parthenay. C'est sans compter ceux qui sont revenus, une deuxième ou une troisième fois. Depuis cinq ans, 156 personnes en moyenne font appel au PII. Mais avec des profils professionnels différents. La part des plus de quarante ans représente désormais 9 des demandes, de même que progresse celle des  26 - 30 ans et des 31 - 38 ans. « On voit de plus en plus de candidats à une reconversion professionnelle », analyse l'animatrice, Aline Proust.
Autre tendance qui semble être confirmée par les installations proprement dites : les demandes de renseignements émanent désormais pour la moitié d'entre eux de hors cadre familial. Et plus de la moitié ont un diplôme de niveau IV. Il n'en reste pas moins vrai que 40 - 70 sur les 177-, n'ont pas de diplôme agricole, pourcentage qui a doublé depuis 2012. Ils pourront s'installer, mais sans aides publiques, à moins de reprendre une formation de Bprea sur neuf mois. Les deux tiers d'entre eux envisagent en effet d'obtenir la capacité professionnelle.
Parmi les porteurs de projet non issu du milieu agricole, les expériences professionnelles sont très diverses. « Il est indispensable de porter à la connaissance du plus grand nombre les rouages du métier et les étapes du parcours à l'installation », disent les membres de l'association. Neuf mini-forums pour la promotion de l'installation ont été organisés dans les établissements agricoles et dix-neuf interventions ont eu lieu dans les collèges.
Le bilan de 2013 est à comparer avec les 100 installations effectives, dont 80 aidées. Pour Armand Roquier il faut s'intéresser aux 250 départs en retraite par an à partir de 2014. « Pour l'instant, le potentiel de remplacement n'existe pas », prévient-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
À la découverte de la petite Toscane argentonnaise
Loin de la plaine du sud, à équidistance de Bressuire et de Thouars, le village d’Argenton-les-Vallées se tient entre deux rives…
Publicité