Aller au contenu principal

Visite politique
L’irrigation, une question eau combien importante

La semaine dernière, la Fnsea Nouvelle-Aquitaine a reçu Fabienne Buccio, la préfète de la région, sur une exploitation céréalière de la Vienne. La question de l’eau y a été centrale.  

Fabienne Buccio, la préfète de la région Nouvelle-Aquitaine, (au centre) en visite chez Patrice et Alain Deschamps, à Jaunay-Marigny, dans la Vienne.
© GDW

C’est sous un hangar de la SCEA Deschamps, dans la Vienne, que la Fnsea Nouvelle-Aquitaine a mis en évidence plusieurs dossiers agricoles du moment, en présence de Fabienne Buccio, la préfète de région. Le thème du stockage de l’eau a évidemment été mis sur la table. « Aujourd’hui, c’est un peu le problème sur toute la région, souligne Cédric Tranquard, le président de la Fnsea régionale. Il faut que les dossiers déposés pour des retenues de substitution puissent aller à leur terme ».

Patrice et Alain Deschamps le savent bien. À la tête d’une exploitation céréalière de 350 ha (céréales en contrat avec La Tricherie), ils se sont diversifiés depuis 2000 avec du tabac blond de Virginie. Les 11 ha de cette production sont irrigués en goutte-à-goutte. Depuis cette année, ils cultivent aussi 65 ares de chanvre conduits en agriculture biologique et aussi irrigués en goutte-à-goutte. L’aspersion est aussi mise en place pour le maïs semences. « Sans l’irrigation, poursuivre la diversification est impossible, insiste Patrice Deschamps. On a des opportunités pour faire des légumes de plein champ (pois chiche, haricots rouges), mais l’irrigation est nécessaire » !

Pour Bernard Layre, vice-président de la Fnsea Nouvelle-Aquitaine, « il est indispensable aujourd’hui d’avoir de l’eau, non pas pour faire du productivisme, mais pour maintenir le revenu, assurer les récoltes et tendre vers la souveraineté alimentaire ».

Sans l’irrigation, poursuivre la diversification est impossible, certifie l'exploitant qui reçoit la préfète.

Deux lois qui tombent à point nommé

Face à cette situation et à la détérioration des réserves survenues récemment, les syndicats veulent une réaction. Un message entendu par Fabienne Buccio : « Concernant les retenues d’eau, les travaux se poursuivent dans les Deux-Sèvres. L’essentiel est que ça avance. Il y a eu un consensus au départ, un accord a été trouvé, c’est exemplaire. Il faut montrer ces bons exemples ».

« Sur le volet de l’eau, la loi Besson-Moreau et le Varenne de l’eau sont deux supports nationaux qui sont indispensables et qui tombent à point nommé », confie Cédric Tranquard.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

300 personnes pour le premier dîner fermier à La Crèche

La chambre d’agriculture des Deux-Sèvres a lancé…

Petit moulin cherche meunier pour se réveiller
Depuis les années 80, la famille Boiron fait tourner la minoterie éponyme, en plein cœur de La Crèche. Inscrite dans la tradition…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Stockage de l'eau : les uns avancent, les autres demandent à rejouer la partie
La radicalisation des opposants aux projets de stockage de l’eau laisse peu d’espoir que naissent des compromis. Le 6 novembre, à…
Plein phare sur le robot d’alimentation au Chêne blanc
Au programme de cette première journée du salon Capr’Inov, rendez-vous à Pougne-Hérisson pour visiter la SCEA du Chêne Blanc, qui…
Définition de l'agriculteur actif: l'État et les Régions d'accord pour 67 ans maximum

Dans le cadre de la concertation autour de la déclinaison française de la future Pac, le Plan stratégique national (PSN), les…

Publicité