Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Travail du sol
L'Isobus rend les charrues intelligentes

Les charrues accèdent à diverses fonctionnalités simplifiant la conduite. Les plus perfectionnées embarquent même des dispositifs pilotés par GPS afin de réaliser un labour aux finitions parfaites.

Régler la profondeur de labour sans descendre de la cabine, tracer des sillons parfaitement rectilignes, terminer les fourrières sans laisser de résidus en surface... Toutes ces opérations relèvent aujourd’hui du domaine du possible, grâce aux dispositifs intelligents embarqués sur les charrues. Ces fonctionnalités se contrôlent depuis un terminal Isobus et s’accompagnent généralement d’une batterie de distributeurs électrohydrauliques.

Certes, elles augmentent le montant de l’investissement, mais présentent l’avantage de réduire la fatigue et rendent le labour plus accessible aux chauffeurs peu expérimentés. En revanche, elles imposent l’utilisation d’une console compatible et ne permettent pas de travailler en cas de problème électronique, le comble pour une charrue. Le niveau d’automatisation varie selon les marques et débute avec la gestion depuis la cabine d’opérations courantes, comme la mise en configuration pour le dételage ou le pas-sage de la position transport à celle de travail, et inversement.

Ces fonctionnalités apportent un réel confort et renforcent la sécurité en limitant le nombre d’allers et retours en cabine. Ainsi, le simple appui sur une touche de l’écran de contrôle suffit à passer la charrue de la verticale à l’horizontale avant de prendre la route. Chez Lemken, par exemple, si la charrue est équipée d’un rouleau de rappuyage, ce dernier se relève et se replie automatiquement lors de la sélection du mode transport.

Le retournement automatique

Le terminal Isobus s’utilise généralement pour gérer d’autres paramètres, tels que le réglage de l’aplomb, la largeur retournée par le premier corps (déport), la profondeur de labour et la pression de déclenchement des sécurités non-stop hydrauliques. À l’instar de Lemken, les données peuvent parfois être enregistrées pour différents utilisateurs ou selon le type de labour (dressé, jeté...), afin de les retrouver lors des chantiers suivants. La fonction marquage de la charrue Kverneland I-Plough permet de tracer une ligne délimitant la fourrière, afin de relever au bon moment. Le retournement automatique en bout de champ, proposé par Kuhn sur sa charrue Varimaster L Smart-ploughing, simplifie les manœuvres. Le chauffeur actionne uniquement la montée du relevage et le retourne-ment s’effectue dès que la hauteur programmée est atteinte. Il est alors libéré de cette tâche répétitive et peut se concentrer pleinement sur la réalisation du demi-tour.

Fini les fourrières en dents de scie

Les charrues les plus évoluées intègrent des fonctions pilotées par GPS, telles que le réglage automatique de la largeur de travail. Ce dispositif, agissant sur le mécanisme de largeur variable, se révèle intéressant en présence de contours de champ sinueux ; ou de chauffeur rencontrant des difficultés à rouler droit. Il permet en effet, après un ou plusieurs passages, d’obtenir un sillon rectiligne. Ce procédé équipe notamment les modèles Kuhn Varimaster L Smart Ploughing, Kverne-land 2500 i-Plough et Lemken Juwel 8i. Il est aussi disponible en tant qu’équipement adaptable, comme le propose Vantage avec la solution Geo-Plough X compatible avec les charrues à largeur variable.

Inédite, la gestion indépendante par GPS du relevage des corps Smart Ploughing Lift de Kuhn est certainement la fonctionnalité la plus sophistiquée aujourd’hui disponible sur une charrue. Utilisant le positionnement par satellites et la sécurité non-stop hydraulique des corps, cet automatisme garantit la formation de fourrières non hachées et bien parallèles aux limites de la parcelle. Le chantier se termine ainsi sans repasser à des endroits déjà labourés, ce qui évite à la charrue de remonter des chaumes en surface et au chauffeur de se faire secouer. La fonction Smart Ploughing Lift demande de mémoriser au préalable la forme de la parcelle sur le terminal en réalisant le tour avec le tracteur et la charrue relevée. Elle présente par ailleurs un intérêt en terrains pentus, en permettant de réduire le nombre de corps travaillant à la montée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le déconfinement se prépare en Deux-Sèvres
Département classé vert, les Deux-Sèvres sont très peu touchés par l’épidémie de Covid-19. La sortie du confinement se prépare…
Les bruits liés aux canons effaroucheurs d’oiseaux

L’agriculture génère des bruits, notamment pendant la saison des gros travaux, récolte, semis, et notamment lors des semis de…

Partir de la ferme... pour mieux revenir
Alexandre Brousseau rejoint l’exploitation familiale à Nueil-les-Aubiers, après avoir acquis de l’expérience comme technicien-…
Benoit Forestier, un vétérinaire rural en constante adaptation
Benoit Forestier, vétérinaire rural depuis trente ans à Chiché, a vu son métier se transformer en même temps que la profession d’…
Hélène Blaud, présidente nationale des anciens exploitants
Jeudi 14 mai, Hélène Blaud a été élue présidente de la section nationale des anciens exploitants. Pendant trois ans, la Deux-…
L’agroalimentaire a mis les bouchées doubles pendant le confinement
La fermeture de la restauration hors domicile a obligé la filière à se tourner vers la grande distribution, alors que la demande…
Publicité