Aller au contenu principal

L’optimisme est de rigueur pour les transformateurs de lait

L’équilibre actuel entre les coûts de production et le prix du lait est plus favorable aux éleveurs que lors d’un futur proche dont leurs trésoreries se souviennent encore. Les acteurs de la transformation affichent la volonté d’une collecte en hausse tout en gardant l’équilibre.

Dans les chèvreries, le climat économique s’est détendu. Selon certains opérateurs, « les perspectives sont bonnes » mais il faut garder « une approche cohérente face au marché », au risque de revivre l’épisode douloureux de 2009.
Dans les chèvreries, le climat économique s’est détendu. Selon certains opérateurs, « les perspectives sont bonnes » mais il faut garder « une approche cohérente face au marché », au risque de revivre l’épisode douloureux de 2009.
© Ronan Lombard

Au jeu des indices, un équilibre plus acceptable semble en passe de s’installer. Alors qu’il avait explosé dès 2011, jusqu’à flirter avec le seuil de 120 en 2013, l’indice Ipampa du lait de chèvre se réduit régulièrement depuis. Présenté par l’Institut de l’élevage, il s’établissait à 108,6 en janvier 2016 (pour une base de 100 correspondant à la moyenne de l’année 2010).
D’un autre côté et alors qu’il était déjà faible en 2010, le prix du lait s’est érodé jusqu’en 2013, date à partir de laquelle il a progressé. Et en indice (toujours en gardant la base de 100 = 2010), les prix de base et les prix moyens payés sont désormais supérieurs à 110 et donc au niveau de l’Ipampa.

Des perspectives optimistes
Certains opérateurs le constatent d’un commun accord, d’aussi loin qu’ils s’en souviennent, « le prix du lait n’a jamais été aussi élevé. » Et surtout, les perspectives sont bonnes : « les grands équilibres sont atteints », ce qui laisse penser que « le prix 2016 devrait rester à ces niveaux », prévoit Patrick Charpentier, vice-président de Terra lacta. Mickaël Lamy, administrateur d’Eurial, confirme : « il n’y a aucun signe d’inquiétude. Les fondamentaux sont bons. Les marchés se sont développés en volume et en valeur », notamment ceux où ses marques sont implantées, comme celui de l’ultra-frais (yaourts, spécialités, fromages frais). Pour Eurial, il s’attend à ce que « le prix augmente encore en 2016. »
Nuance toutefois, la progression observée l’an passé, par exemple par le Kantar worldpanel de plus de 8 % pour la consommation à domicile de bûchettes affinées, suit une année 2014 plutôt empreinte de pénurie dans les linéaires. Cette année-là, la demande avait redécollé mais la collecte a fait preuve d’une inertie plus grande. De fait, « les clients n’ont pas toujours été approvisionnés », confirme Mickaël Lamy. Dans ce contexte, « ils se sont rendu compte des effets de la guerre des prix », qui avait entraîné le déclin de la production et qui a certainement facilité les revalorisations. Gérard Maréchal, directeur technique approvisionnements lait de Lactalis, constate aussi que « la raréfaction des volumes a fait augmenter les prix chez les clients. » Il s’en est suivi une répercussion sur le prix du lait favorable aux éleveurs.

Plus d'infos dans le dossier "Caprins" du journal Agri 79 du 8 avril 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Elections, Départementales, Deux-Sèvres, Coralie Denoues, juillet 2021
Trois tours nécessaires pour élire Coralie Denoues
La liste 100% Deux-Sèvres a obtenu une large majorité au second tour des élections dimanche 27 juin. Pour autant trois tours ont…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité