Aller au contenu principal

Gestion de l'eau 2020
Lundi 10 août, 8 heures : interdiction totale des usages agricoles

Les bassins de la Sèvre Nantaise, du Layon, de la Sèvre Niortaise et du Marais Poitevin sont concernés.

Face à la situation de crise, les restrictions d'eau concernent tous les usages agricoles à partir du 10 août 8 heures.
© DR
Le maintien des conditions météorologiques sèches de ces derniers jours a pour incidence de faire diminuer le débit de certains cours d'eau et le niveau de certaines nappes.
 
Des seuils réglementaires spécifiques à l’irrigation agricole, définis par les arrêtés cadre interdépartementaux de la Sèvre Niortaise et du Marais Poitevin, du Clain et de la Dive du Nord et par l'arrêté départemental de la Sèvre Nantaise ont été franchis. Ceci nécessite l’application de mesures de restrictions à compter du lundi 10 août 2020, à 8 heures :
 
Dans le bassin de la Sèvre Nantaise et du Layon – secteur piloté par le préfet de la Vendée
- crise dans le bassin de la Sèvre Nantaise (12) : Interdiction totale des usages agricoles.
 
Dans le bassin de la Sèvre Niortaise et du Marais Poitevin – secteur piloté par le préfet de la Vendée
- crise dans les sous-bassins de l’Autize superficiel (MP8) et la Vendée (MP 9) : Interdiction totale des usages agricoles et des manœuvres d’ouvrages sur cours d’eau.
- alerte dans le sous-bassin de l’Autize nappes (MP14) : Autolimitation des prélèvements agricoles prévue par le protocole de gestion de l’Organisme Unique de Gestion Collective (OUGC).
 
Dans le bassin du Clain – secteur piloté par le préfet de la Vienne
- alerte renforcée dans les sous-bassins de l’Auxance (5a1), de la Boivre (5a2) et de la Vonne (5a3) : Réduction de 50 % du volume hebdomadaire pour les prélèvements en rivières.
- alerte dans le sous-bassin de la Dive du Sud supra (5b) : Réduction de 30 % du volume hebdomadaire pour les prélèvements en rivières
Dans le bassin de la Dive du Nord – secteur piloté par le préfet de la Vienne
- alerte renforcée dans le bassin de la Dive du Nord (4) : cette mesure consiste à une réduction de 50 % du volume hebdomadaire pour les prélèvements en rivière.
 
 
D’autres mesures pourront être prises sur les bassins deux-sévriens, au regard de l’évolution de la situation.
Les organismes uniques de gestion collective sont à la disposition des irrigants pour toute précision utile concernant ces mesures.
 
Les arrêtés, la carte des restrictions et les bulletins d’étiage sont en ligne sur le site Internet des services de l’État : http://www.deux-sevres.gouv.fr/
Les mesures actuellement en vigueur n’impactent pas les usages de l’eau pour les particuliers.
La situation des restrictions dans chaque commune du département est disponible sur le site de l’Agence Régionale de la Biodiversité Nouvelle-Aquitaine :
 
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Les JA mettent en scène la comédie amère des prix agricoles
Répondant à un appel national à manifester, les JA et la Fnsea 79 ont organisé une remise des prix décalée à l’intention des GMS…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Restaurateurs et éleveurs réunis autour de mêmes valeurs
La société Dénoues a créé une marque pour restaurer le lien entre amoureux de bonne viande. L’idée ? Que l’éleveur sache où part…
Publicité