Aller au contenu principal

L’unité de méthanisation comme projet de territoire

L’unité inaugurée aujourd’hui et demain à Prin-Deyrançon a été pensée comme un projet global au service des agriculteurs mais également de la commune. Fournisseur d’énergie verte, séchoir à foin et à céréales, stockage, les services sont multiples.

Pour éviter les nuisances, le complexe a été construit à plusieurs centaines de mètres des premières habitations.
Pour éviter les nuisances, le complexe a été construit à plusieurs centaines de mètres des premières habitations.
© WWW.1NFINITY.COM

Aujourd’hui et demain, l’unité de méthanisation de Prin-Deyrançon va grouiller d’activité. Elle accueille les professionnels ce vendredi, les politiques samedi matin et le public samedi après-midi pour l’inauguration des bâtiments. Cette unité de méthanisation, David et Vanessa Paillat l’ont imaginé dès 2007. Des recherches purement théoriques à la base, structurées dans un coin de leur tête, puis des repérages plus poussés sur des unités en Allemagne et en Italie. « À l’époque, nous n’étions pas assez organisés au sein du Gaec. On s’est dit que ce serait peut-être pour nous mais pas tout de suite », relate David Paillat, membre du Gaec Biraud-Paillat à Mauzé-sur-le-Mignon.

Six ans plus tard, la conjoncture remet la question à l’ordre du jour. « En 2013, on parlait de l’arrêt des quotas, de la diminution des primes Pac. On était en situation de risque car nous produisions du lait et des céréales, deux produits très fluctuants sur les marchés. Il était devenu nécessaire de chercher une voie de diversification qui allait permettre d’apporter un peu de stabilité à l’entreprise ».

 

Une production de 500 kWh

C’est une rencontre qui va donner corps au projet : celle de David Paillat avec Denis Renoux, le directeur du centre régional des énergies renouvelables (Crer). Ce dernier accepte d’accompagner le développement mais sous certaines conditions. « Pour lui, il était hors de question de nous aider si nous n’avions pas un projet de valorisation d’eau chaude, générée en contrepartie de la production d’électricité. Il souhaitait également que l’apport d’intrants se fasse dans un rayon de 10 km », rapporte l’éleveur de vaches laitières.

Les membres du Gaec cherchent alors des apporteurs de matières ainsi que des gros postes de consommation d’énergies fossile fiables dans le temps. Ils arrivent finalement à 21 000 tonnes d’apports d’effluents et déterminent ainsi la puissance de la production à 500 kWh. Une fois les apports et les besoins calés, le Gaec crée la SAS Demeter Energies pour porter le projet, soulever des fonds et intégrer des partenaires.

 

Le chantier en un an

La structure nouvellement créée se rapproche alors de cinq entreprises, qui « designent » le site de manière globale. En complément, une trentaine de visites d’installations sont organisées. « Cela a permis d’affiner le projet. C’est comme ça qu’on a eu l’idée d’installer un tank tampon par exemple, qui, avec son autonomie, permet de limiter la main-d’oeuvre le week-end et de ne pas broyer de fumier la nuit », indique David Paillat, devenu président de la SAS.

Une fois le constructeur trouvé, la SAS choisit de déloter en quatorze lots. « Le constructeur ne s’est occupé que du process. Nous avons acheté les cuves, le moteur, les bureaux… ». Le chantier, démarré le 9 janvier 2018, avance vite. Un an plus tard, presque jour pour jour, l’unité tourne à pleine puissance.

 

Prestations annexes

La nouvelle installation propose une multitude de services. À la commune tout d’abord, en proposant l’énergie verte à quatre points de collecte (piscine, collège, groupes scolaires et hôtel de ville). Une expérimentation est aussi en cours avec la CAN sur le traitement des déchets de tonte de pelouse. La SAS a également travaillé avec le Parc naturel régional au sujet de l’intégration paysagère du site. Ainsi, il a été posé des haies au lieu de grillages, et le niveau d’enterrement des digesteurs a été pensé conjointement.

Pour les agriculteurs, elle propose donc le traitement de lisier et de fumier ainsi que des issues de céréales, des matières industrielles non cuites et non animales, du lait impropre à la consommation et du lactosérum. Le digestat liquide, stocké dans deux cuves de 5 000 m3, libère ainsi les agriculteurs de cette contrainte. Un séchoir à foin de luzerne et un de céréales a aussi été installé. De nombreuses prestations annexes auquel s’ajoute la prise en charge des épandages. « Si l’agriculteur décide de le faire lui-même, nous allons le payer. Ce qui était une charge pour lui devient alors un revenu », explique David Paillat. Avec un budget total de 6,2 millions d’euros, la SAS, qui a eu peur d’enlever un volet du projet, a finalement réussi à conserver tous ces services.

Maintenant, un travail de valorisation de ce digestat est mené par les agriculteurs du groupe pour optimiser l’intérêt de la méthanisation. « On va passer des Cipan, qui étaient une contrainte, aux Cive, dont on doit maximiser le rendement pour devenir un atout économique », précise celui qui est ingénieur de formation.

Inauguration de l'unité de méthanisation agricole

- Vendredi 22 mars 2019 :
 Visites pour les professionnels à partir de 10h.
- Samedi 23 mars 2019 :
 Visite et discours à 10h30 suivis d’un cocktail.
 Porte-ouverture au public à partir de 14h.

A Mauzé, prendre direction Saint
Hilaire La Palud sur la D101 puis à
droite direction L’Île Bapaume sur
le D180 et 1ère à droite, vous êtes
arrivé(e) à destination.

Coordonnées GPS :
Latitude 46.207512
Longitude -0.662604

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Coralie a trouvé son bonheur au volant des tracteurs
Pas faite pour l’école, puis rêvant de devenir soigneur animalier, Coralie Babeau a finalement trouvé sa vocation en tant que…
De Soudan à Cournon, une vie dédiée à l’amour des Parthenaises
Les époux deux-sévriens Christine et Didier Proust reçoivent ce 8 octobre les Sabots d’or au Sommet de l’élevage de Cournon d’…
Alexandre Jorigné : " Je retrouve le métier d’éleveur en travaillant comme ça "
Membre des JA 79 et Nouvelle-Aquitaine, Alexandre Jorigné a rejoint l’équipe de Capr’Inov en 2020. Chargé du Capr’I Cup, il s’est…
« Ça suffit » !
Un collectif représentant la profession agricole réagit aux exactions réalisées par les opposants aux réserves de susbtituion de …
De nouvelles formations à venir aux Sicaudières
À l’occasion de la rentrée du centre de formation des adultes au campus des Sicaudières a été annoncée l’ouverture de deux cursus…
Ce qui va changer avec Egalim 2
Round final pour la loi Egalim 2. Les parlementaires sont tombés d’accord sur un texte qui entrera en application pour les…
Publicité