Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Lutte contre l'ambroisie : prendre le problème à la racine

À vos gants, agriculteurs citoyens ! A vos désherbages et à vos rotations ! Pour lutter contre l’ambroisie, problème de santé publique et économique, il faut l’arracher le plus tôt possible et l’empêcher de prospérer, en la mettant en concurrence avec d’autres végétaux.

Repérage des jeunes plants d’ambroisie, sur une parcelle de tournesol, à Sauzé-Vaussais, début juin, avec l’observatoire des ambroisies. Une quinzaine de techniciens agricoles ont assisté à la réunion organisée par la Fredon Poitou-Charentes, dans le cadre du plan régional santé environnement (PRSE).
Repérage des jeunes plants d’ambroisie, sur une parcelle de tournesol, à Sauzé-Vaussais, début juin, avec l’observatoire des ambroisies. Une quinzaine de techniciens agricoles ont assisté à la réunion organisée par la Fredon Poitou-Charentes, dans le cadre du plan régional santé environnement (PRSE).
© Observatoire des ambroisies

Jean-Luc Audé est cultivateur à Mairé-L’Evescault, à côté de Sauzé-Vaussais. Il est l’élu, à la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres, de la zone la plus concernée par l’ambroisie dans le département, dit-il : « le Mellois, la ceinture extrême-sud des Deux-Sèvres : Brioux, Chef-Boutonne, Sauzé-Vaussais ». La première fois qu’il a vu de l’ambroisie dans ses cultures, c’était il y a quinze ans. Elle avait dépassé ses tournesols. Il ne savait pas ce que c’était. « On l’appelait l’herbe à Gaston », du nom d’un agriculteur voisin qui « en avait pas mal » sur ses terres pauvres, se souvient Jean-Luc Audé, en rigolant. « On la connaissait sans connaître son nom », ajoute-t-il.

C’est une plante envahissante qui se développe dans les endroits perturbés par l’homme ; sur les bordures des champs et entre les rangs des cultures, notamment. Elle pose un problème de santé publique, d’où la promulgation d’un décret national en 2017 posant le cadre de la lutte contre l’ambroisie (prévention et destruction), mise en œuvre grâce à des arrêtés préfectoraux (en Charente et en Dordogne, pour la Nouvelle-Aquitaine). En Deux-Sèvres, l’arrêté est en préparation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un magasin à la ferme pour faire Coop chez vous
Les 12 et 13 juin, Mickaël et Pascale Boudier vont inaugurer La Gâtinelle, leur magasin à la ferme, à Gourgé. Fruit d’un…
Un entrepreneur français lance une «agence internationale de notation des sols»

L'entrepreneur Quentin Sannié, co-fondateur de Devialet (start-up hi-fi) a annoncé, dans un communiqué le 5 juin, le lancement…

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Grégory Nivelle, nouveau président de la Fnsea 79 : « Les agriculteurs n’imposent pas un modèle, ils répondent à des attentes »
Mardi 9 juin, la nouvelle équipe de la FNSEA 79 a élu Grégory Nivelle président. L’éleveur laitier du sud Deux-Sèvres succède à l…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Publicité