Aller au contenu principal

Labour
Romain Dekein, heureux d’une cinquième place

Romain Dekein, jeune deux-sévrien, participait pour la première fois à la finale nationale de labour. Le site d’Oberhausbergen, en Alsace, restera gravé dans sa mémoire.

Romain Dekein pense déjà aux prochaines compétitions.
Romain Dekein pense déjà aux prochaines compétitions.
© G. R.
La finale nationale de labour a été une vraie découverte pour Romain Dekein. Y participer c’était aussi partir à l’aventure. Sa cinquième place en labour à plat est un bon début pour ce jeune ouvrier agricole de Granzay-Gript.Arrivé premier à la finale régionale à Sainte-Livrade, dans le Lot-et-Garonne, après deux deuxièmes places, l’une à Dax, l’autre à Saintes, il a côtoyé des champions, avec des charrues « impressionnantes », qu’ils se passent les uns aux autres. Le tracteur et la charrue qu’il a utilisés appartiennent à Yannick Bonnifait, un voisin, chez qui il a été apprenti et qui lui prodigue ses conseils tout comme Alain Moinard qui a fait le déplacement avec lui.Le week-end dernier, il ne lui a manqué que cinq petits points pour accéder à la troisième place. La faute à de malheureuses traces de roues sur 30 centimètres dans la dérayure finale, alors qu’il s’est fort bien sorti d’une petite butte dans le chaume alsacien de sa parcelle tirée au sort.Cette expérience est riche d’enseignements pour ses prochains concours. L’entraînement a repris malgré un plâtre à la main suite à un accident de voiture. Romain a prévu d’apporter quelques modifications à sa charrue de compétition pour franchir les éliminatoires cantonal, départemental et régional de l’année prochaine.Son attention à la rectitude du sillon ne doit pas fléchir. Le labour doit être propre et « l’arrondi du devers » réussi. « La terre ne doit pas être jetée », poursuit-il, reprenant les consignes qui ont été rappelées aux 21 concurrents de cette finale 2011.Comme dans toute compétition, il y a l’expérience, le savoir-faire comme trouver la bonne vitesse du tracteur. Avec les réglages de la charrue, ces bases doivent être parfaitement maîtrisées par les concurrents. Après, ils doivent s’adapter aux imprévus comme la pluie qui, dans la nuit de samedi à dimanche a alourdi la terre, contraignant Romain à revoir les réglages qu’il avait faits la veille lors des essais.Le jeune ouvrier agricole est le dixième Deux-Sévrien à participer à une finale nationale de labour. Selon le règlement, il peut encore se présenter deux fois. Dans l’espoir d’accéder à une place sur le podium. « Je ne me ferai plus avoir par des marques de roues », promet-il. Terres à l'envers : plus de 180 000 visiteurs
Plus de 180 000  visiteurs ont répondu présents aux Terres à l'envers, les finales nationale et internationale de labour organisées par les Jeunes Agriculteurs les 16, 17 et 18 septembre à Oberhausbergen, en Alsace.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité