Aller au contenu principal

Confinement
Maintenue, la chasse coche la case « mission d’intérêt général »

Le 1er novembre, le ministère de la transition écologique a donné le feu vert aux chasseurs pour réguler les populations de grand gibier (sangliers, cerfs, chevreuils) et les espèces nuisibles susceptibles d’occasionner des dégâts (Esod) dans les cultures.

La chasse au sanglier est maintenue. Un soulagement pour les agriculteurs qui viennent de semer leurs céréales, ces bêtes étant particulièrement friandes des grains tout juste germés.
© FNC

C’est un soulagement pour les chasseurs, bien sûr, mais bien plus encore pour les agriculteurs. Un arrêté gouvernemental, confirmé par la préfecture des Deux-Sèvres, autorise la chasse des espèces pouvant causer des dégâts dans les cultures et ce malgré le confinement en cours. « L’automne est traditionnellement le mois où la population de sangliers est la plus développée, rappelle Frédéric Audurier, coordinateur technique à la fédération départementale des chasseurs FDC). Sur les 2000 abattus l’année dernière, 450 l’ont été sur ce mois ». Pourront aussi être chassés les cerfs et chevreuils (deux autres grands gibiers) ainsi qu’une liste d’espèces classées dans la catégorie « Esod » : les ragondins (champions des dégâts dans le maïs), rats musqués, renards, corneilles noires et corbeaux freux. Les Esod, à l’exception des corbeaux freux, peuvent aussi simplement faire l’objet de piégeages.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité