Aller au contenu principal

Arvalis
Maïs : les premiers tours d’eau sont à déclencher

Les maïs sont, pour la plupart, dans la période de valorisation de l’irrigation en cas de déficit hydrique (à partir de 10F) et les plus précoces entreront bientôt dans la phase la plus sensible au stress hydrique (à partir de 15F).

© Arvalis institut du Vegetal

Bien que les semis n’aient pas été particulièrement précoces cette année, les sommes de températures ont été importantes depuis le début du cycle, accumulant depuis le 15 avril 100 °C jours (en base 6-30) de plus que la médiane, en prenant l’exemple de Niort. Cela a permis une implantation et un développement rapide. L’excédent de chaleur cumulé a permis au maïs d’avoir plus de 2 feuilles d’avance à date de semis équivalente par rapport à une année moyenne.

Une irrigation entamée sur certains secteurs

Après une dernière quinzaine de mai très sèche, la Pentecôte a vu le retour d’un temps plus perturbé. Mis à part quelques secteurs, les précipitations ont été jusqu’à maintenant relativement faibles (sans compter cette semaine). L’irrigation a démarré sur les secteurs les plus précoces et sur les sols superficiels début juin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité