Aller au contenu principal

Maïs : une campagne 2018 marquée par la sécheresse

Retrouvez le bilan climatique et le détail des variétés en pièces jointes.

Les températures élevées de juin et de juillet ont considérablement affecté les potentiels de rendements du maïs. Toutefois, les cultures bien implantées ont plutôt bien résisté au stress hydrique.
Les températures élevées de juin et de juillet ont considérablement affecté les potentiels de rendements du maïs. Toutefois, les cultures bien implantées ont plutôt bien résisté au stress hydrique.
© Stéphane Leitenberger

La campagne 2018 a été marquée par un cumul de chaleur exceptionnel qui se rapproche du record de 2003 mais avec une configuration particulière : si les maximales sont moins élevées, en revanche, les minimas sont exceptionnels et surtout la période chaude a perduré de juin à septembre. Des conditions auxquelles il faut rajouter une sécheresse exceptionnelle. La campagne est malgré tout sauvée par la quasi-absence de restriction d’irrigation et l’avance de cycle.
Retardés par les pluies de mars, les premiers semis ont démarré vers la mi-avril. La majorité des semis a été réalisée fin avril dans de bonnes conditions, avec un retard de 10-12 jours, notamment dans les groies. Les derniers semis de maïs fourrages ont été réalisés à la mi-mai.

Un début de cycle chaud et localement arrosé
Les conditions climatiques sont globalement restées très clémentes dès le mois de mai et ont été favorables à une croissance rapide des maïs. Les maïs rattrapent ainsi le retard lié aux semis tardifs dès le début du mois de juin.
L’efficacité des désherbages sur la flore annuelle a été correcte, malgré quelques phytotoxicités liées aux fortes amplitudes thermiques. Peu de ravageurs du sol sont signalés sur la phase d’installation de la culture.
De début juin à mi-juillet, les températures sont largement excédentaires (+100 à + 150 °C en base 6 par rapport à la normale) et les maïs continuent à se développer rapidement. Les floraisons, échelonnées du 5 au 25 juillet, ont en moyenne 5 à 10 jours d’avance.

Une fin de cycle chaude et très sèche
La chaleur et la sécheresse se prolongent sur toute la fin de cycle, générant des stress hydriques importants en cultures pluviales. Les chantiers d’ensilage ont démarré très tôt, à partir du 15 août. Avec les conditions très chaudes, il a parfois été difficile d’anticiper les dates de récolte. Les derniers chantiers se sont achevés vers le 15 au 20 septembre.
Les rendements en maïs fourrage sont globalement corrects à bons, souvent entre 15 et 18 t de MS/ha, voire plus.
D’assez bons rendements, proches des bonnes années 2011 et 2014, sont observés en situations irriguées et/ou sols profonds dans la région. En situations séchantes, les rendements sont souvent plus décevants et varient de 60 à 80 q/ha, voire en dessous dans les situations les plus critiques.

N871L207_1.pdf (89.46 Ko)
Légende
Variétés S2
© Arvalis-Institut du végétal
N871L207_2.pdf (78.77 Ko)
Légende
Variétés S3
N871L207_3.pdf (590.65 Ko)
Légende
Variétés G3
N871L207_4.pdf (606.5 Ko)
Légende
Variétés G2
N871L207_5.pdf (707.56 Ko)
Légende
Variétés G4
N871L207_6.pdf (100.02 Ko)
Légende
Variétés S1
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Le guichet pour les aides de crise ouvre le 22 juillet
Annoncée en mars, l’aide aux éleveurs ayant dégagé un revenu inférieur à 11000€ en 2020 sera mobilisable du 22 juillet au 15…
Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité