Aller au contenu principal

Livre
Mémoires de l’un des pères de Jacques-Bujault

L’ancien directeur et fondateur du lycée agricole Jacques-Bujault retrace, au travers d’un ouvrage, l’histoire de l’établissement et l’évolution de l’agriculture deux-sévrienne.

Yvan cunin raconte les débuts du lycée agricole de Melle dans un ouvrage qui paraîtra en décembre prochain.
Yvan cunin raconte les débuts du lycée agricole de Melle dans un ouvrage qui paraîtra en décembre prochain.
© DR

Quand Yvan Cunin évoque cette période de sa vie, l’émotion emperle son visage : « Ces quatorze années, ce sont les plus créatives de ma carrière ». Elles méritaient donc bien un opus. Aussi l’ancien directeur et fondateur du lycée agricole Jacques-Bujault publie Voyage à travers un demi-siècle d’agriculture deux-sévrienne en quête de son avenir. Une première partie est consacrée à l’histoire de la création du lycée et de son évolution. 

« J’ai été nommé directeur de l'établissement, qui à l’époque était un collège, en 1966. Et la première rentrée scolaire a eu lieu en 1968. » Soixante-dix élèves viennent alors s’asseoir sur les bancs tout neufs du collège qui dispose de deux fermes. « Nous avons débuté comme des jeunes agriculteurs, nous avons  en premier lieu choisi l’élevage de chèvres car nous savions qu’il serait rentable au bout d’un an. Le budget de l’exploitation était autonome. » Puis moutons, veaux, vaches… viendront grossir les rangs de l’établissement qui deviendra un lycée en 1977.

Ensuite, dans une seconde partie, l’octogénaire a fait appel aux anciens élèves. Leurs témoignages brossent un portrait de l’agriculture deux-sévrienne et de son évolution durant un demi-siècle. Enfin la dernière partie est consacrée aux perspectives d’avenir. « Malgré la crise, les agriculteurs sont très réactifs, souligne l’ancien directeur départemental de l’agriculture de l’Indre. Dans ce milieu, pour dégager un revenu et faire vivre sa famille, il faut exceller. L’agriculture ne supporte pas la médiocrité ! ». Et Yvan Cunin d’ajouter, une pincée de malice dans la voix : « Dans ce livre, je donne mon avis sur les OGM et l’irrigation. Aujourd’hui, je ne suis plus fonctionnaire. Adieu le devoir de réserve ! »

 

Deux mois pour deux cents pages

L’idée de cet ouvrage a germé dans son esprit en décembre 2009. « C’est en lisant un livre,  L’Envigne-Voyage au pays des vins du Haut-Poitou de Françoise Chauffier, ancienne institutrice à Frontenay-Rohan-Rohan, que j’ai décidé de me lancer. » Ce recueil de témoignages de viticulteurs rappelle à Yvan Cunin que, lui aussi, a un « réseau »… d’anciens élèves. Alors,       « pourquoi ne pas faire comme elle ? », se dit l’homme qui n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il a déjà publié Fleurs sauvages du Marais poitevin quelques années auparavant. Comme pour son premier opus, sa femme est de l’aventure livresque. Ses photographies – près de deux cents – émaillent alors l’ouvrage bien accueilli par l’actuelle directrice du lycée de Melle. Sa première critique qu’Yvan Cunin espère suivie d’une kyrielle.   

Ouvrage à réserver avant le 31 juillet 2010 auprès d’Yvan Cunin, 9 rue de l’église,79210 Le Bourdet. Tél. 05 49 04 91 93. 

E-mail : yvan.cunin@orange.fr. Paiement à parution de l’ouvrage (décembre 2010) : 20 euros. Prix public envisagé : 25 euros. 

 

 

Bio express

Né en 1930 en Algérie, Yvan Cunin pose ses valises en France en 1963. Directeur fondateur du lycée agricole Jacques-Bujault de 1966 à 1980, il est ensuite directeur départemental de l’agriculture de l’Indre de 1985 à 1990 puis maire du Bourdet de 1995 à 2008.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Réserves de substitution, Sèvres Niortaise
Les agriculteurs s'engagent collectivement à réduire de 50% les produits phytosanitaires à horizon 2025
Deux ans jour pour jour après la signature du protocole d'accord, la commission d'évaluation et de surveillance, en charge du…
Couvre-feu avancé : " une mesure qui a du sens " pour le préfet
Lors de la désormais traditionnelle conférence de presse préfectorale sur l'épidémie en cours, le préfet a décliné en local les…
Publicité