Aller au contenu principal

Menace sur 8 millions d’euros de subventions annuelles

Sans mobilisation, en 2018, seules huit communes des Deux-Sèvres classées en zones soumises à des contraintes naturelles (ZSCN) permettront aux exploitants d’émarger à l’ICHN ainsi qu’aux majorations de la DJA et des aides à l’investissement.

L’ICHN est perçu actuellement par 1 250 fermes deux-sévrienne, soit un montant moyen de 5 500 euros par exploitation.
L’ICHN est perçu actuellement par 1 250 fermes deux-sévrienne, soit un montant moyen de 5 500 euros par exploitation.
© C.P.

Résignés. C’est ainsi qu’apparaissent les éleveurs lorsqu’on évoque avec eux le sujet de la réforme des zones de handicap naturel. Si parfois le lien avec le versement de l’ICHN (indemnité compensatoire de handicap naturel) ou des aides à l’installation et à l’investissement n’est pas immédiat, lorsqu’il est fait, ils sont une majorité à dire « de toute façon, on subit. On s’adaptera ». Mais la marche risque encore une fois d’être haute. En l’état actuel des choses, seules huit communes du département (Marais mouillé) resteront sous statut spécial en 2018. Une réalité qui privera 42 % des actuels bénéficiaires des aides attachées à cette classification.

Selon la production, selon le statut social de l’exploitation, les montants varient. L’ICHN perçue par 1 250 fermes deux-sévriennes en 2016 atteignait un montant moyen de 5 500 €. Par ailleurs, l’application de la réforme selon les règles actuelles amputerait de 5 000 € la DJA versée aux jeunes agriculteurs dont le projet serait situé sur le territoire des communes déclassées. Quid des aides à l’investissement majorées en ZDS ? « L’enjeu pour le département est d’environ 8 millions d’euros de subventions annuelles », souligne la Fnsea 79, qui voit là un coup de plus porté à l’élevage. Effectivement, peut-on lire dans le document de travail réalisé conjointement avec la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres, « 62 % des exploitants présents dans les actuelles zones défavorisées sont des éleveurs ».

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 18 novembre 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité