Aller au contenu principal
Font Size

Menace sur 8 millions d’euros de subventions annuelles

Sans mobilisation, en 2018, seules huit communes des Deux-Sèvres classées en zones soumises à des contraintes naturelles (ZSCN) permettront aux exploitants d’émarger à l’ICHN ainsi qu’aux majorations de la DJA et des aides à l’investissement.

L’ICHN est perçu actuellement par 1 250 fermes deux-sévrienne, soit un montant moyen de 5 500 euros par exploitation.
L’ICHN est perçu actuellement par 1 250 fermes deux-sévrienne, soit un montant moyen de 5 500 euros par exploitation.
© C.P.

Résignés. C’est ainsi qu’apparaissent les éleveurs lorsqu’on évoque avec eux le sujet de la réforme des zones de handicap naturel. Si parfois le lien avec le versement de l’ICHN (indemnité compensatoire de handicap naturel) ou des aides à l’installation et à l’investissement n’est pas immédiat, lorsqu’il est fait, ils sont une majorité à dire « de toute façon, on subit. On s’adaptera ». Mais la marche risque encore une fois d’être haute. En l’état actuel des choses, seules huit communes du département (Marais mouillé) resteront sous statut spécial en 2018. Une réalité qui privera 42 % des actuels bénéficiaires des aides attachées à cette classification.

Selon la production, selon le statut social de l’exploitation, les montants varient. L’ICHN perçue par 1 250 fermes deux-sévriennes en 2016 atteignait un montant moyen de 5 500 €. Par ailleurs, l’application de la réforme selon les règles actuelles amputerait de 5 000 € la DJA versée aux jeunes agriculteurs dont le projet serait situé sur le territoire des communes déclassées. Quid des aides à l’investissement majorées en ZDS ? « L’enjeu pour le département est d’environ 8 millions d’euros de subventions annuelles », souligne la Fnsea 79, qui voit là un coup de plus porté à l’élevage. Effectivement, peut-on lire dans le document de travail réalisé conjointement avec la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres, « 62 % des exploitants présents dans les actuelles zones défavorisées sont des éleveurs ».

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 18 novembre 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité