Aller au contenu principal

Conception de bâtiment
Mener une réflexion avant la construction

L’Institut de l’élevage et l’Idele ont réalisé un guide pour recenser les points importants à réfléchir avant de se lancer dans la construction d’un bâtiment.

Un exemple parmi d'autres de plans de bâtiment pour l'élevage.
© DR

Lorsque l’on conçoit un bâtiment, l’intérieur compte autant que le choix des matériaux. L’Institut de l’élevage et le GIE Elevages de Bretagne ont réalisé un guide intitulé « Installations de contention et d’embarquement des bovins ». Il fourmille de conseils pour les éleveurs. En amont de la construction, une réflexion doit être menée pour déterminer son efficacité. « Adopter une organisation générale cohérente en fonction des besoins et des interventions », tel est le principe. Il y a ainsi quelques rappels « de bon sens » comme éviter les croisements des circuits propres (personnel, alimentation) et des circuits sales (animaux, raclage) ; penser à la circulation des personnes, des animaux, du matériel, des véhicules comme celui des laitiers, de l’alimentation, des bétaillères ; tenir compte des besoins en espace des animaux (taille et nombre de logette, surfaces des aires paillées ).

Enfin, autre élément à privilégier, le comportement de l’animal. « Il dépend de l’attitude de l’éleveur vis à vis de ses animaux, mais aussi des surfaces des aires de vie. Dans un premier temps, il faut adapter les dimensions aux besoins des animaux, avec une aire d’exercice bétonnée de 4m de large. Les marches sont à éviter, tout comme les couloirs de retour de salle de traite trop longs. Il faut les dimensionner à 0,90 m de large. Dans les aires d’exercices, d’attente ou de salle de traite, afin d’éviter les sols glissants, le rainurage ou les tapis seront privilégiés. Il convient de prévoir des passages d’hommes situés aux endroit stratégiques pour permettre la circulation et la sécurité des personnes. Les passages doivent mesurer au minimum 35 cm de large avec des aménagements pour empêcher les animaux de passer », explique-t-on dans le guide.

L’éclairage tient aussi une place importante. Il doit être adapté en utilisant au maximum la lumière naturelle. Elle permet de favoriser la bonne utilisation de l’espace par l’animal, qui sera plus calme. Au niveau des postes de travail (traite, alimentation, infirmerie, box d’intervention), là aussi, la luminosité est indispensable. Les zones d’ombres doivent être évitées. Les néons seront en nombre suffisants. A retenir aussi qu’il faut penser à les nettoyer, d’où un positionnement à une hauteur accessible à tous. Autre point à retenir, la ventilation. Elle doit être adaptée pour maintenir une ambiance correcte.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Étang de Beaurepaire : la digue fermée à la circulation complique le quotidien
La fermeture de la route qui traverse l’étang de Beaurepaire oblige à faire un détour de 10 kilomètres. Les fonds pour mener les…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
À la découverte de la petite Toscane argentonnaise
Loin de la plaine du sud, à équidistance de Bressuire et de Thouars, le village d’Argenton-les-Vallées se tient entre deux rives…
Publicité