Aller au contenu principal

Moins d’herbicides et d’engrais azotés sans subir de baisse de rendements

Les chercheurs du centre d’études biologiques de Chizé (CEBC) ont déterminé que la réduction d’engrais azotés et d’herbicides sur les parcelles permettrait un gain économique sans pour autant entraîner une baisse de rendements.

Alain Rousset, le président de la Nouvelle-Aquitaine (à gauche) est allé à la rencontre d’agriculteurs de la zone atelier en compagnie de Vincent Bretagnolle, le directeur de la zone atelier (à droite).
Alain Rousset, le président de la Nouvelle-Aquitaine (à gauche) est allé à la rencontre d’agriculteurs de la zone atelier en compagnie de Vincent Bretagnolle, le directeur de la zone atelier (à droite).
© ©Region_Nouvelle-Aquitaine_Francoise Roch

«Plus on met d’azote et d’herbicides sur les cultures et moins les agriculteurs gagnent de l’argent, ce qui est assez paradoxal ». Le constat de Vincent Bretagnolle, le directeur de la zone atelier Plaine et Val de Sèvre, peut surprendre, et Alain Rousset le premier. Le président de la Nouvelle-Aquitaine s’est félicité des résultats du CEBC, qui permettent de passer « d’une agriculture de compensation à une agriculture d’innovation ». Ces résultats émanent des expérimentations conduites sur la zone atelier de 435 km2 créée il y a vingt-quatre ans et regroupant 400 exploitations agricoles entre la forêt de Chizé et l’agglomération niortaise. « Une partie des agriculteurs est actuellement dans des conditions optimales au niveau des rendements mais pas au niveau des revenus. Il y a une marge de manœuvre à ce niveau-là », concède le chercheur.


Le gain économique est à chercher du côté de la réduction d’achats d’engrais mais se pose alors la question de la lutte contre les adventices. Pour ce faire, la solution pourrait venir du ciel, avec les alouettes des champs notamment. « Ce sont des prédatrices potentielles, qui peuvent manger jusqu’à 50 % de graines produites par les adventices », analyse le directeur de la zone atelier. Une étude est en cours sur 140 parcelles de la zone pour valider expérimentalement ces constatations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité