Aller au contenu principal

Moins d’herbicides et d’engrais azotés sans subir de baisse de rendements

Les chercheurs du centre d’études biologiques de Chizé (CEBC) ont déterminé que la réduction d’engrais azotés et d’herbicides sur les parcelles permettrait un gain économique sans pour autant entraîner une baisse de rendements.

Alain Rousset, le président de la Nouvelle-Aquitaine (à gauche) est allé à la rencontre d’agriculteurs de la zone atelier en compagnie de Vincent Bretagnolle, le directeur de la zone atelier (à droite).
Alain Rousset, le président de la Nouvelle-Aquitaine (à gauche) est allé à la rencontre d’agriculteurs de la zone atelier en compagnie de Vincent Bretagnolle, le directeur de la zone atelier (à droite).
© ©Region_Nouvelle-Aquitaine_Francoise Roch

«Plus on met d’azote et d’herbicides sur les cultures et moins les agriculteurs gagnent de l’argent, ce qui est assez paradoxal ». Le constat de Vincent Bretagnolle, le directeur de la zone atelier Plaine et Val de Sèvre, peut surprendre, et Alain Rousset le premier. Le président de la Nouvelle-Aquitaine s’est félicité des résultats du CEBC, qui permettent de passer « d’une agriculture de compensation à une agriculture d’innovation ». Ces résultats émanent des expérimentations conduites sur la zone atelier de 435 km2 créée il y a vingt-quatre ans et regroupant 400 exploitations agricoles entre la forêt de Chizé et l’agglomération niortaise. « Une partie des agriculteurs est actuellement dans des conditions optimales au niveau des rendements mais pas au niveau des revenus. Il y a une marge de manœuvre à ce niveau-là », concède le chercheur.


Le gain économique est à chercher du côté de la réduction d’achats d’engrais mais se pose alors la question de la lutte contre les adventices. Pour ce faire, la solution pourrait venir du ciel, avec les alouettes des champs notamment. « Ce sont des prédatrices potentielles, qui peuvent manger jusqu’à 50 % de graines produites par les adventices », analyse le directeur de la zone atelier. Une étude est en cours sur 140 parcelles de la zone pour valider expérimentalement ces constatations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Influenza Aviaire, Deux-Sèvres, Augé
Grippe aviaire : le sud-ouest des Deux-Sèvres concerné par des mesures de prévention
Le virus hautement pathogène H5N8 a été détecté le 20 octobre sur deux cygnes tuberculés aux Pays-Bas. Pour limiter les risques d…
La Caveb veut rester un acteur majeur de la viande rouge
Lors du point presse précédent son assemblée générale, le mercredi 30 septembre, la coopérative agricole de Châtillon-sur-Thouet…
Manifestation de Bassines non merci en opposition au projet de réserves des la Sèvre niortaise.
La transition agroécologique, l’enjeu des réserves de substitution
Partisans et opposants parlent de la nécessaire transition agro-écologique. Pour les premiers les réserves de substitutions sont…
Capr'inov, un salon à huis clos

Pas de public, pas d’exposant. C’est une édition spéciale de Capr’inov que l’équipe du salon de la chèvre est contrainte d’…

À 50 ans, la Corel affiche sa bonne santé commerciale
La coopérative d’élevage a tenu son assemblée générale le jeudi 24 septembre. Avec un nouveau directeur et un nouveau président,…
Plombier, il arrête tout pour reprendre la ferme de son père
Mathieu Moreau, plombier chauffagiste depuis quinze ans, a eu un déclic pendant le confinement : c’est peut-être à lui de…
Publicité