Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Moissonneuses-batteuses : les coupes repliables sécurisent les chantiers

Les plateformes repliables profitent aujourd’hui des mêmes solutions techniques que les coupes rigides, avec en prime davantage de sécurité et de confort pour le chauffeur. Elles permettent même, dans certains cas, de mieux valoriser le potentiel des machines.

Les coupes repliables se vendent essentiellement dans les zones d’élevage aux terres morcelées mais elles intéressent aussi les agriculteurs et entrepreneurs qui, pour gagner en confort de travail, souhaitent se dispenser des opérations d’attelage et de dételage. « Dans certains champs, nous passerions davantage de temps à accrocher et décrocher la coupe plutôt qu’à récolter », confie Éric Guillou, entrepreneur de travaux agricoles à Plouézec (22).


Cet utilisateur expérimenté de plateformes repliables intervient parfois dans des champs qui ne mesurent que 40 ares. « L’utilisation de ces équipements renforce le confort et la sécurité sur les chantiers. D’ailleurs, les chauffeurs les apprécient particulièrement. Ils sont en effet dispensés d’accrocher et de décrocher la tête de récolte, ainsi que d’atteler et dételer le chariot de transport sur la moissonneuse, indique Éric Guillou. Même s’il est nécessaire de descendre pour poser les cardans et déployer les diviseurs, cette opération est moins dangereuse que de manipuler une coupe et son chariot ».


Nicolas Guillaud, inspecteur commercial chez MRA, importateur des matériels Geringhoff, renchérit en indiquant que les coupes repliables correspondent aux agriculteurs ne souhaitant pas voir la machine manœuvrer sur la récolte pour atteler sa coupe. Paul Leroch, importateur français des matériels espagnols Tort, via sa société Leroch Distribution, annonce, lui, qu’il faut environ une minute pour déplier la coupe sans descendre, alors que dételer le chariot et accrocher une plateforme rigide demande parfois 15 minutes. Ainsi, avec une moissonneuse-batteuse récoltant 3,5 ha/h, c’est quasiment un hectare de perdu à chaque changement de parcelle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les bruits liés aux canons effaroucheurs d’oiseaux

L’agriculture génère des bruits, notamment pendant la saison des gros travaux, récolte, semis, et notamment lors des semis de…

Le déconfinement se prépare en Deux-Sèvres
Département classé vert, les Deux-Sèvres sont très peu touchés par l’épidémie de Covid-19. La sortie du confinement se prépare…
Partir de la ferme... pour mieux revenir
Alexandre Brousseau rejoint l’exploitation familiale à Nueil-les-Aubiers, après avoir acquis de l’expérience comme technicien-…
Hélène Blaud, présidente nationale des anciens exploitants
Jeudi 14 mai, Hélène Blaud a été élue présidente de la section nationale des anciens exploitants. Pendant trois ans, la Deux-…
L’agroalimentaire a mis les bouchées doubles pendant le confinement
La fermeture de la restauration hors domicile a obligé la filière à se tourner vers la grande distribution, alors que la demande…
Tourisme vert pour un département "vert"

Après les annonces du gouvernement sur un plan de relance du tourisme, avec une enveloppe de 18 milliards d’euros à la clé, le…

Publicité