Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

A la ferme
Nature Gâtine, le projet d’une agricultrice qui se plaît commerçante

Avec l’ouverture du magasin, Aurélie Piot découvre un nouveau métier. L’agricultrice devient commerçante. Nombre de clients par semaine, panier moyen… la jeune chef d’entreprise se familiarise avec les règles du commerce alors que son mari prend le relais sur la ferme.

Aurélie et Arnaud Piot ont ouvert un magasin à la ferme. Nature Gâtine se trouve au lieu-dit la Draunière à 4 kilomètres de Mazières-en-Gâtine.
Aurélie et Arnaud Piot ont ouvert un magasin à la ferme. Nature Gâtine se trouve au lieu-dit la Draunière à 4 kilomètres de Mazières-en-Gâtine.
© C. P.
«Elle joue à la marchande », plaisante Arnaud lorsqu’Aurélie, son épouse, exprime tout le plaisir qu’elle prend à faire vivre et à développer l’activité de leur magasin à la ferme. Il y a un an à peine, en octobre 2011, le jeune couple, producteur de volailles fermières à Mazières-en- Gâtine, mise sur l’ouverture d’une boutique pour développer les ventes des produits de l’exploitation. Depuis son installation en 2006, Aurélie Piot exploite le créneau de la vente directe pour commercialiser l’ensemble de la production de poulets, pintades, canards, ainsi que de dindes, oies et chapons à l’approche des fêtes de Noël. Sur réservation, la vente  s’est développée au fil du temps.
Epaulée par Arnaud, son mari en disponibilité professionnelle, la jeune mère de famille ajoute en 2008 une corde à son arc. Par la fréquentation de trois marchés, elle augmente le volume de son activité. D’une fois par mois, les abattages passent à une fois par semaine.
« Les ventes augmentaient certes, mais le comptable,  nous a ouvert les yeux sur la faible rentabilité de cette option commerciale », resituent les exploitants.
Soucieuse de réserver un bon accueil à ses clients, dotée d’un sens aigu du contact, la jeune chef d’entreprise au gré des discussions avec Arnaud, de plus en plus impliqué dans le fonctionnement de l’exploitation, chemine. « Aménager un lieu de vente à la ferme nous faisait envie. » Les échanges, devenus amicaux, avec les adhérents du réseau Bienvenue à la ferme  vont ouvrir de nouvelles perspectives au projet. « Investir dans un magasin pour ne vendre que de la volaille nous semblait risqué sur un plan économique. Pour intéresser la clientèle et répondre à ses besoins, nous avons choisi de diversifier l’offre. » Nature Gâtine offre à sa clientèle jusqu’à 250 (*) références. Exclusivement des produits fermiers, en très grande majorité du département des Deux-Sèvres. Aurélie les achète à ses collègues pour les revendre dans son épicerie.
Depuis un an, ce nouveau projet professionnel qui a nécessité 70 000 euros d’investissement se développe. Avec 45 clients par semaine pour un panier moyen de 33 euros, Aurélie et Arnaud sont plein d’ambition. « Ca marche bien, mais dans le commerce, rien n’est jamais acquis », note Aurélie, prudente.
Licencié de son précédent emploi en juin dernier, Arnaud envisage désormais son avenir professionnel sur l’exploitation. Une bonne chose pour l’organisation du travail qui ne manque pas sur la ferme. Lui pour l’élevage, elle au   magasin et ensemble pour la transformation, les jeunes entrepreneurs, pour dégager deux salaires, ont encore un bout de chemin à parcourir.
« L’objectif est d’arriver à commercialiser 5300 volailles par an. » Soit 1500 de plus que cette année. Pour en arriver là, Aurélie et Arnaud sont conscients de la tâche qui les attend. « Il faut fidéliser la clientèle, réussir à augmenter la fréquentation hebdomadaire. » Un travail de commerçant. Le nouveau métier d’Aurélie : un métier dans lequel elle s’épanouit et pour lequel elle ne manque pas d’idées.

(*) Parmi les 250 références de produits fermiers se trouvent, des fruits et légumes, de la volaille, du porc, du bœuf, des produits laitiers, du lapin, du pigeon, de la confiture, des gâteaux, du vin, du jus de pommes…

Infos pratiques

Le magasin Nature Gâtine est ouvert le mercredi, de 10 h à 12 h 30 et de 16 h à 19 h, le vendredi de 10 h à 12 h 30 et de 16 h à 19 h, le samedi de 10 h à 12 h 30.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Point sur le coronavirus en Deux-Sèvres au 6 mars
Un premier cas détecté en Deux-Sèvres : une femme de 40 ans a été hospitalisée hier soir au CHU de Poitiers. 
Machin'Agri Saison 1 #épisode4
Découvrez l'épandeur Ploeger AT4103 trois roues. 
Intergénérationnel, le palet fait des adeptes
Jeu traditionnel des départements de la Vendée et du Poitou, le palet n’a rien d’une activité ringarde et séduit les grands comme…
Pour l’avenir du métier : anticiper la reprise
La MFR Saint-Loup-sur-Thouet et la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres ont noué un partenariat depuis deux ans pour améliorer…
D’une exploitation à l’autre, des impacts du simple au double
Sur le pont en plein cœur de la crise qui cloître la majorité des Français chez eux, les agriculteurs s’adaptent avec courage à…
Concours général agricole : le palmarès 2020 des Deux-Sèvres
Les Deux-Sèvres se sont distinguées au CGA. Le concours de la Parthenaise a été une fois de plus un temps fort du SIA2020. 
Publicité