Aller au contenu principal

Nicolas Hulot, une démission aux accents agricoles

© Jennifer Jacquemart/PE

Tant de fois annoncé depuis sa nomination, le départ de Nicolas Hulot a finalement réussi à créer la surprise. « Je prends la décision de quitter le gouvernement. Je ne veux plus me mentir, je ne veux plus donner l’illusion que ma présence au gouvernement signifie que l’on est à la hauteur sur ces enjeux-là », a annoncé le ministre de l’écologie au micro de la matinale de France Inter, mardi matin, suscitant l’étonnement des journalistes qui l’interviewaient.


Le ministre de l’écologie claque donc la porte en reniant largement le bilan agricole du gouvernement. Il a notamment dévoilé au grand jour ses divergences avec son ministre de l’agriculture. « Je n’ai pas réussi à créer de complicité de vision avec le ministre de l’agriculture alors que nous avons l’opportunité absolument exceptionnelle de transformer le modèle agricole ! ». Plus tard dans l’entretien, il réaffirme : « Je ne peux pas passer mon temps dans des querelles avec Stéphane Travert ».


Il a d’abord semblé associer son échec à « transformer l’agriculture » aux contraintes budgétaires : « On se fixe des objectifs mais avec les contraintes budgétaires, on sait très bien à l’avance qu’on ne pourra pas les réaliser. Voilà ma vérité » !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité