Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Niort, centre de la chamoiserie

De la fin du XIIIe siècle à la fin du XXe siècle, Niort a été un des plus importants centres névralgiques de la chamoiserie de France. Un développement industriel qui s’est accompagné d’une structuration de l’espace urbain en conséquence.

L’emblème des Chamois niortais aurait dû être un poisson. En effet, si l’animal des montagnes découle malencontreusement de l’activité de chamoiserie qui a fait le développement industriel de Niort, le mot proviendrait étymologiquement de l’arabe et ferait référence à la graisse de poisson, élément indispensable au traitement des cuirs. En tout cas, si aucun chamois n’a été recensé en terre deux-sévrienne, les ateliers de chamoiseries ont quant à eux pullulé. Leur présence est attestée dès la fin du XIIIe siècle et cette activité s’est ensuite suffisamment développée pour structurer la ville dans son sillage.

Devant la poussée des échanges commerciaux qui en découle, la construction d’un deuxième port est décidée à la fin du XIVe siècle, sur la place du port, en complément de celui de l’actuelle rue Brisson, qui a tendance à s’envaser. Au fil du temps, l’espace sur la Sèvre s’organise en petits îlots pour faciliter l’accostage des embarcations et l’accès aux nombreux moulins. Jusqu’au début du XXe siècle, les navires de haute mer navigueront jusqu’à Marans puis les gabares, longues embarcations à fond plat mesurant entre 10 et 20 m de long, prendront le relais jusqu’à Niort.

Si la chamoiserie a connu un tel développement à Niort, cela s’explique en partie par l’importance de l’élevage dans la région, et ce dès le Moyen-Âge, par la présence d’une eau de bonne qualité et par une position stratégique commercialement intéressante. La concentration d’usines de peausserie (dix chamoiseries, cinq ganteries, une tannerie, ainsi qu’une usine de colles et de préparation de crins et de soies de porc) témoigne d’ailleurs du dynamisme du secteur au tournant des XIXe et XXe siècles, qui peut fournir du travail à 7 000 ouvriers au plus fort de l’activité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité