Aller au contenu principal

Eurial
« Notre moteur c’est l’amont »

Alors que les groupes Eurial et Agrial ont annoncé récemment leur projet de création du second groupe laitier coopératif français, Jean-Luc Rabillard, président d’Eurial, revient sur cet événement et ses conséquences pour les producteurs.

Jean-Luc Rabillard
Jean-Luc Rabillard
© N. C.
Vous venez d’annoncer votre projet de fusion avec Agrial. Qu’est-ce qui a motivé ce choix ?
Comme nous l’avons toujours dit, le groupe Eurial souhaite s’inscrire dans l’avenir laitier français et dans l’après quota de façon durable. Pour cela des partenariats avec d’autres groupes sont indispensables et nous mûrissons ce projet depuis plusieurs années ; nous ne l’avons jamais caché. Eurial  comme Agrial sont en bonne santé financière et ce projet de fusion n’est ni contraint ni sorti du chapeau. Enfin, en ce qui concerne le choix du groupe Agrial à proprement parler c’est une vision commune de l’avenir et la complémentarité de nos métiers qui expliquent ce partenariat.
Lire la suite en page 4 d'Agri79
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Publicité