Aller au contenu principal

Loups en cavale
« Notre travail peut être gâché d’un coup, on n’en prend pas la mesure »

Les loups évadés du sanctuaire de Frontenay-Rohan-Rohan n'ont, à la date de publication de cet article, toujours pas été attrapés. La filière ovine locale ne comprend pas le manque de rapidité des autorités.

La préfecture a précisé que la décision de tirs à balles réelles revenait au ministère de la transition écologique.
© Pixabay

Interrogés sur les derniers développements du dossier des loups enfuis depuis la mi-novembre, les responsables Fnsea de la section ovine se montrent inquiets. Pour Christian Soulard, éleveur à Clessé, « nous faisons tout pour tirer le meilleur de nos animaux, avec des pratiques vertueuses, nos produits sont sous signe de qualité. Et deux loups pourraient venir anéantir tout cela. C’est regrettable comme il est regrettable de les abattre. Néanmoins, ils sont la propriété de quelqu’un et ne sont pas sauvages. Quand des chiens attaquent des troupeaux, on les abat. Il aurait fallu mettre plus de moyens pour grillager leur enclos. Le loup qui est resté près du sanctuaire pourra probablement être récupéré vivant, mais l’autre est trop loin, et il se réadapte très vite ». Une attaque à Saint-Saturnin-du-Bois, le 16 novembre vient appuyer ses propos. Une autre, le 1er décembre à Marans, vient d’être confirmée et aura touché quatre brebis.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
La pétition reste ouverte pour complément d’enquête
Le collectif BNM a défendu devant la commission PETI un examen approfondi du dossier des réserves.
Publicité