Aller au contenu principal

Point info installation
« Nous devons apprendre à être réactifs »

La Semaine régionale de l’installation faisait étape en Deux-Sèvres mardi 14 janvier. Au lycée des Sicaudières, il était question d’installation en production de viande bovine.

Mardi 14 janvier, la Semaine de l’installation organisée par les Points info de la région a fait étape en Deux-Sèvres.
Mardi 14 janvier, la Semaine de l’installation organisée par les Points info de la région a fait étape en Deux-Sèvres.
© C. P.

Sylvain et Damien sont à l’écoute. Étudiants en deuxième année de BTS, ces deux jeunes respectivement âgés de 19 et 21 ans comptent parmi les 43 élèves réunis ce matin sur le Campus des Sicaudières. Ce mardi 14 janvier, la Semaine de l’installation organisée par les Points info de la région fait étape en Deux-Sèvres. Ici, dans les ateliers au sein desquels les participants rencontrent les partenaires financiers, économiques et institutionnels des agriculteurs, il est question d’installation en viande bovine. Débouchés, filières, technique de production, financement du projet, sont présentés aux jeunes étudiants pour une bonne part motivés par l’installation, « à moyen ou long terme », en ce qui concerne Sylvain et Damien. A quelques mois de la fin de leurs études, l’un et l’autre envisagent le salariat. Une étape permettant de découvrir de nouveaux horizons, de s’ouvrir de nouvelles perspectives. « Le monde agricole évolue sans cesse. Les projets d’installation sont de plus en plus gourmands en capitaux. Pour compenser l’incertitude liée aux éléments naturels, nous devons être ouverts à toutes les techniques, les opportunités. Nous devons apprendre à être réactifs. »
Antoine Pasquier, agriculteur à La Petite Boissière, l’un des témoins de la journée, encourage les jeunes à prendre le temps de mûrir leur projet notamment lors de la réalisation du Plan de professionnalisation personnalisé (PPP).
« Pendant cette période il faut aller à la pêche aux informations. Il faut s’approprier son projet. On rencontre beaucoup de personnes. Il faut être ouvert, écouter. De ces échanges naissent des opportunités », témoigne-t-il.

Lire la suite en page 5 d'Agri79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité