Aller au contenu principal
Font Size

« Nous espérons être au-delà de 330 € la tonne au quatrième trimestre »

La coopérative est entrée dans une nouvelle ère. La précision est au cœur de son action. Les équipes de Terra Lacta espèrent valoriser au mieux la collecte avec l’amélioration de la conjoncture.

Terra Lacta se projette. Produits marqués et export font partie de son avenir. En juin 2018, Alain Lebret passera les rênes d’une coopérative un temps malmenée.
Terra Lacta se projette. Produits marqués et export font partie de son avenir. En juin 2018, Alain Lebret passera les rênes d’une coopérative un temps malmenée.
© C.P.

Ce jeudi 29 juin, jusqu’à la taille de la salle ajustée à la fréquentation de l’assemblée générale – 120 personnes – tout est pensé, calibré, cadré. À Terra Lacta, il semble que l’à peu près appartient au passé. Salle de l’Acclameur, à Niort, les équipes de la laiterie coopérative s’affichent avec fierté. Le ton est posé, les mots sont précis. Les chiffres également, contrairement à la conjoncture qui, en lait de vache, continue d’inquiéter. « En France pour le moins », souligne Alain Lebret, évoquant les retours rassurants du congrès d’European Dairy Farmers qui se tenait ces derniers jours à Prague. « De nombreux acteurs laitiers considèrent que nous sommes revenus à une situation économique normale ». « Après deux années catastrophiques pour la filière bovin lait », le président de Terra Lacta veut croire « en cette lente amélioration » qui se dessine depuis six mois.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Les glaces, une diversification rafraichissante et 100% locale
Depuis 15 ans, les 115 vaches du troupeau de la Roche laitière, à Brûlain, sont à l’origine d’une gamme de glaces vendues dans…
Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité