Aller au contenu principal

« Nous espérons être au-delà de 330 € la tonne au quatrième trimestre »

La coopérative est entrée dans une nouvelle ère. La précision est au cœur de son action. Les équipes de Terra Lacta espèrent valoriser au mieux la collecte avec l’amélioration de la conjoncture.

Terra Lacta se projette. Produits marqués et export font partie de son avenir. En juin 2018, Alain Lebret passera les rênes d’une coopérative un temps malmenée.
Terra Lacta se projette. Produits marqués et export font partie de son avenir. En juin 2018, Alain Lebret passera les rênes d’une coopérative un temps malmenée.
© C.P.

Ce jeudi 29 juin, jusqu’à la taille de la salle ajustée à la fréquentation de l’assemblée générale – 120 personnes – tout est pensé, calibré, cadré. À Terra Lacta, il semble que l’à peu près appartient au passé. Salle de l’Acclameur, à Niort, les équipes de la laiterie coopérative s’affichent avec fierté. Le ton est posé, les mots sont précis. Les chiffres également, contrairement à la conjoncture qui, en lait de vache, continue d’inquiéter. « En France pour le moins », souligne Alain Lebret, évoquant les retours rassurants du congrès d’European Dairy Farmers qui se tenait ces derniers jours à Prague. « De nombreux acteurs laitiers considèrent que nous sommes revenus à une situation économique normale ». « Après deux années catastrophiques pour la filière bovin lait », le président de Terra Lacta veut croire « en cette lente amélioration » qui se dessine depuis six mois.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité