Aller au contenu principal

Prix du lait
Nouveau bras de fer entre producteurs et industriels laitiers

Fin juin 2010, les producteurs de lait et les industriels ne sont pas parvenus à un accord sur les modalités de fixation du prix du lait pour le troisième trimestre 2010.

La notion de contractualisation fait débat au sein de la flière laitière.
La notion de contractualisation fait débat au sein de la flière laitière.
© DR

Les familles professionnelles de l’interprofession laitière se sont séparées, le 22 juin, sans parvenir à un accord sur une recommandation nationale pour le troisième trimestre 2010. Pour la FNPL et sur la base des indicateurs retenus par l’accord du 3 juin 2009, le prix du lait devrait augmenter de 11,1 %, soit + 31,3 € pour 1000 litres, s’établissant à 330 euros/1000 litres au mois de juillet.

Ce n’est pas l’avis de la FNIL qui évoque certes une augmentation de l’ordre de 10 %, mais sur une moyenne annuelle, soit un prix compris entre 300 et 305 €/1000 litres.

En fait le désaccord porte sur le mode de fixation du prix du lait. La FNPL entend conserver une base saisonnière, alors que la FNIL  raisonne sur une base annuelle. Surtout, les industriels entendent accrocher le prix du lait français au prix allemand à partir d’un indice mesurant le différentiel de compétitivité de part et d’autre du Rhin. Ce nouvel indicateur a été demandé par la FNIL et sa mise en place est inscrite dans les recommandations du ministre de l’Agriculture  du 30 mars dernier destinées à aménager l’accord du 3 juin 2009. Les industriels estiment à 4 €/1000 litres, le plus dont devraient bénéficier les producteurs français par rapport aux Allemands sur la base de leurs analyses.

 

La contractualisation en débat

La FNPL ne conteste pas l’idée selon laquelle il faut tenir compte  de la conjoncture laitière de notre principal concurrent pour fixer le prix du lait en France. Mais elle estime que l’écart entre le prix allemand et le prix français  ne devrait pas être inférieur 20 €/1000 litres. En effet, la valorisation moyenne du lait français est largement supérieure à celle du lait allemand et l’effort de maîtrise des producteurs de lait français devrait être pris en compte, estime-t-elle.

Au-delà de ces différences d’analyse, c’est la notion de contractualisation qui fait débat dans la filière. Les industriels entendent contractualiser avec chaque producteur pris individuellement en fixant unilatéralement le prix et les volumes. Aux producteurs d’accepter ou pas. Leur refus impliquant l’abandon de la collecte par l’industriel. Et dans un tel cadre, point besoin de recommandation nationale du prix du lait.

D’où la vive réaction de la FNPL qui estime que les entreprises laitières veulent « tuer la contractualisation » dans la mesure où elles ne sont pas prêtes à s’engager dans une démarche de contractualisation collective pilotée par l’interprofession laitière. Au profit d’un face à face entre un poids lourd, l’industriel, et un producteur qui n’est pas en mesure de lutter à armes égales.  Conclusion de la FNPL : « Les entreprises ont repris leurs vieilles habitudes de vouloir, sans arrêt, grappiller des euros et fixer unilatéralement le prix du lait aux producteurs ». Et de s’interroger sur la mise en place de la contractualisation dans la filière laitière après le vote de la loi de modernisation agricole.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
La vente de taureaux des Sicaudières se tiendra en présentiel et en ligne
Le 12 mars, la station d’évaluation du lycée agricole de Bressuire proposera 35 taureaux à la vente. Dernière vente de charolais…
Publicité