Aller au contenu principal

Social
Nouvelles modalités pour le congé paternité à partir du 1er  juillet

La loi de financement de la sécurité sociale pour 2021 a allongé le congé paternité pour les non-salariés agricoles. Elle le rend pour partie obligatoire.

Congés de paternité
Lors du congé de paternité, la durée maximale de versement de l’allocation sera portée à 25 jours pour les exploitants agricoles ou assimilés.
© MSA

Selon les nouvelles dispositions de l’article L732-12-1 du Code rural et de la pêche maritime, il est prévu que le père ainsi que le conjoint ou le concubin de la mère ou la personne liée à elle par un pacte civil de solidarité (PACS), lorsqu’ils sont conjoints collaborateurs (ou aide familial, ou chef d’exploitation), bénéficient, à l’occasion de la naissance d’un enfant, sur leur demande, d’une allocation de remplacement et sous réserve de se faire remplacer par du personnel salarié dans leurs travaux.

Des précisions ont été apportées par un décret du 10 mai 2021. Pour les enfants nés ou adoptés à compter du 1er juillet 2021 ou ceux nés avant cette date, mais dont la naissance était supposée intervenir à compter du 1er juillet 2021, les intéressés devront cesser tout travail sur l’exploitation ou dans l’entreprise agricole pendant une durée minimale de 7 jours à compter de la naissance de l’enfant et ils devront se faire remplacer par du personnel salarié dans leurs travaux pour bénéficier de l’allocation de remplacement.

Quant à la durée maximale de versement de l’allocation, elle sera portée à 25 jours (au lieu de 11 jours actuellement) et à 32 jours en cas de naissances multiples.

Le congé pourra être fractionnable. Ainsi, la durée de versement de l’allocation sera fractionnable en trois périodes d’au moins cinq jours chacune. Enfin, les périodes de cessation d’activité seront prises dans les six mois suivant la naissance de l’enfant (contre quatre mois aujourd’hui).

La demande de congé de paternité est à adresser à la caisse de MSA au minimum un mois avant la date de la naissance de l’enfant. L’assuré indiquera dans le cadre de cette demande les dates de la ou des périodes de bénéfice de l’allocation de remplacement dont il souhaite bénéficier.

En cas de naissance de l’enfant avant la date prévisionnelle d’accouchement et lorsque l’assuré souhaitera débuter la ou les périodes du bénéfice de l’allocation de remplacement au cours du mois suivant la naissance, il devra en informer sans délai la caisse de MSA.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Le parcours hors norme de Georgina
Des terrains de handball au Gabon à l’élevage de porcs en France, Georgina Tchatchoua-Gbayuen a eu plusieurs vies. Cette femme d’…
Les curseurs techniques et humains, gages de réussite
Même si le contexte laitier est complexe, les Deux-Sèvres comptent des exploitations en bonne santé. Pour déterminer l’avenir,…
Départementales : les projets des candidats pour la ferme Deux-Sèvres
La Fnsea et les Jeunes agriculteurs des Deux-Sèvres ont convié, mercredi 9 juin, les candidats aux élections départementales pour…
Président de Capr’Inov, un exercice d’équilibriste
Avec la structuration du salon et son développement constant, le temps alloué à la préparation de Capr’Inov est important. Samuel…
La qualité de la farine donne du grain à moudre aux boulangers
Pétrir, mouler et cuire restent les gestes séculaires de la fabrication du pain, mais les ingrédients de base sont choisis selon…
Les travaux vont pouvoir commencer pour sept réserves

Jeudi 28 mai, le Tribunal administratif de Poitiers a rendu une première décision concernant l’autorisation environnementale…

Publicité