Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Observer de près les parcelles pour décider de la date d’ensilage

La situation varie d’une parcelle à l’autre. Celles ayant bénéficié d’une irrigation régulière sont légèrement en avance par rapport à l’an passé et ont un potentiel de rendement correct. La situation est plus délicate pour celles conduites sans irrigation et ayant une réserve utile faible.

Sauf exception et selon les stades, les maïs asséchés peuvent repartir si la pluie revient.
Sauf exception et selon les stades, les maïs asséchés peuvent repartir si la pluie revient.
© N. C.

Les maïs non irrigués ont souffert d’un déficit hydrique  doublé d’un déficit thermique cette année. Lorsque la température moyenne journalière est supérieure à 30°C, le maïs ne pousse plus. La période caniculaire a été longue et est intervenue autour du stade de la floraison, stade clé pour le maïs. L’observation des parcelles est donc  primordiale. Il faut parvenir à classer les maïs en fonction du potentiel de rendement et du comportement des plantes. La chaleur a pu affecter la fécondation des parcelles prévues en maïs grains. Dans ce cas, il peut être intéressant de réfléchir à la possibilité d’ensiler la parcelle pour valoriser au mieux l’énergie disponible.



Parcelles prévues en ensilage
L’élaboration de la teneur en amidon de la plante se fait avec le remplissage des grains. Lorsque la fécondation a été fortement perturbée par les conditions climatiques, il est possible que certains maïs aient un nombre de grains très affecté voire une absence totale de grains. Cependant, il n’est pas judicieux d’ensiler le plus tôt possible pour récolter les sucres contenus dans la partie végétative de la plante. Un ensilage trop précoce engendrerait des taux de matière sèche très faible puisque la teneur en eau des tiges est encore très importante malgré l’aspect extérieur de la plante. Cela pourrait conduire à des pertes de sucres solubles trop importantes par les jus, lors de la mise en silo. Il est conseillé d’ensiler au plus tôt un mois après la mise à fleur : à partir de 28% de matière sèche plante entière. Il est nécessaire de moduler cette information en fonction des dates de semis et de la pluviométrie de la semaine dernière selon les secteurs.



Le pâturage des maïs possible
Il est important de noter qu’un ensilage plus précoce aura également l’avantage de libérer les terres plus tôt et de profiter ainsi de meilleures conditions pour l’implantation des céréales d’hiver voire des dérobées si la météo le permet. Dans les cas les plus extrêmes, le pâturage est possible. Il doit être uniquement envisagé en dernier recours, lorsque la récolte en ensilage se fait à perte et qu’il n’y a pas de grains sur la totalité de la parcelle. Il n’y a aucun risque sanitaire à faire pâturer du maïs mais il faut surveiller les animaux. Ils commencent par consommer les épis sans grains avant de s’attaquer à la plante verte. Cependant, le gaspillage est important. L’idéal serait de faire pâturer au fil et de laisser accès à un fourrage complémentaire pour assurer le lest. Une autre possibilité serait de faucher le maïs et de le faire consommer une fois coupé.

Quelques repères visuels pour gérer les maïs asséchés
- Toutes les feuilles au-dessus de 15 cm du sol sont vertes, quelques feuilles sont enroulées sur elles-mêmes en pleine journée. L’émission des feuilles se fait normalement. La plante continuera son cycle dès le retour des pluies, il est trop tôt pour ensiler. La teneur en MS de la plante entière est d’environ 18 %.- Seules quelques feuilles du pied de la plante ont une teinte gris marron. Toutes les feuilles sont enroulées et ont une teinte vert grisé. L’émission de nouvelles feuilles commence à ralentir. Sauf exception et selon les stades, le maïs peut repartir si les pluies reviennent. Après floraison, il est nécessaire de diagnostiquer le niveau de fécondation des épis. Ce dernier dépend également des températures. Il est encore trop tôt pour ensiler. La teneur en MS de la plante est aux alentours de 22 %.- Près de 90 % des feuilles sont de couleur marron clair - gris blanc. La croissance est complètement stoppée. Seules la base des dernières feuilles et la tige sont encore vertes. Quel que soit le stade, le rendement et la valeur alimentaire ne s’amélioreront pas. La plante doit être récoltée sans plus attendre.- Valeur alimentaire d’un maïs sans grain : peu de références existent. Dans tous les cas, il faut prendre un échantillon de fourrage le jour du chantier, en prélevant quelques poignées de chaque benne pour être représentatif de l’ensemble du silo. L’échantillon sera placé à l’abri du soleil durant le chantier, puis au congélateur. L’échantillon peut être apporté  à la chambre d’agriculture, qui se chargera de l’envoi au laboratoire. Seule une analyse chimique pourra être utilisée, car il s’agit d’un fourrage atypique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité