Aller au contenu principal

Deux-Sèvres
Obtenir l’accès à l’eau d’irrigation

Pour avoir accès à l’eau sur une exploitation agricole, que l’on soit jeune installé ou exploitant depuis longtemps, il faut détenir deux autorisations : celle de prélever cette eau et l’autorisation d’un volume prélevable dont la demande doit être effectuée chaque année.

© D.R.

Tout agriculteur qui veut irriguer doit distinguer la procédure administrative liée à l’autorisation de prélever dans un ouvrage (rivière, forage, plan d’eau) de celle permettant de bénéficier d’un volume annuel.

La loi sur l’eau et les milieux aquatiques de 2006 a instauré une gestion collective de l’eau en agriculture en créant des organismes uniques de gestion collective (OUGC) dans les secteurs en tension quantitative (zones désignées comme zones de répartition des eaux). Ces organismes détiennent une autorisation unique de prélèvement sur leur périmètre et sont chargés de répartir le volume correspondant, et de le gérer pendant la campagne d’irrigation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Publicité