Aller au contenu principal
Font Size

Ocealia digère sa fusion et accompagne ses coopérateurs

Malgré un chiffre d’affaires et un résultat net 2015-2016 en baisse, les dirigeants se disent satisfaits d’avoir passé le cap de la fusion et préparent déjà l’avenir, à l’image du rapprochement initié avec la Caveb.

De gauche à droite : Arnault Gatignon et Abel Lumineau, directeur et président de la Caveb, avec Philippe Delusset, président d’Ocealia, Thierry Lafaye et  Bernard François, respectivement directeur général et directeur général délégué.
De gauche à droite : Arnault Gatignon et Abel Lumineau, directeur et président de la Caveb, avec Philippe Delusset, président d’Ocealia, Thierry Lafaye et Bernard François, respectivement directeur général et directeur général délégué.
© A.M.

En dépit d’un contexte difficile, c’est tout sourire que les dirigeants d’Ocealia d’une part, Philippe Delusset, Thierry Lafaye et Bernard François, et ceux de la Caveb d’autre part, Arnault Gatignon et Abel Lumineau, ont accueilli la presse au siège de Cognac le 6 décembre, deux jours avant l’assemblée générale de la coopérative à l’espace Carat, près d’Angoulême. Les chiffres donnés, même s’ils sont en retrait par rapport à 2014-2015, restent corrects. Suffisamment en tout cas pour satisfaire les responsables d’Ocealia, forts de leurs 7 200 adhérents et 910 salariés répartis sur cinq départements (16, 17, 79, 86 et 24).

L’exercice qui va du 1er juillet 2015 au 30 juin 2016 aura été celui de la mise en place de la fusion entre Charentes Alliance et Corea. Une fusion validée en décembre 2015 et qui aura coûté plus d’un million d’euros aux dires de Thierry Lafaye, le directeur général. « Une fusion réussie ! », selon ce dernier, qui fait d’Ocealia « un gros à l’échelle locale dans un territoire très concurrentiel », avec pas moins de 27 coopératives dans l’ancienne région Poitou-Charentes. Une atomisation toute particulière à ce territoire. Mais la situation devrait continuer d’évoluer. Chez Ocealia, on ne cache pas trop vouloir poursuivre cette politique de partenariat et de fusion amorcée jusque-là.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 9 décembre 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité