Aller au contenu principal

Oies à rôtir
Optimiser sa diversification : « s’adapter à l’existant »

Au Gaec Villeneuve, Samuel Belleannée a lancé un atelier d’oies de chair en 2011. Un élevage peu coûteux en investissements et en temps qui lui apporte un complément intéressant.

Samuel Belleannée est un éleveur papa… oie ! Il ne cache pas son attachement pour ses « chiens à plumes » et les chouchoute : radio dans le bâtiment et veilleuse la nuit.
© Léa Calleau

Quand Samuel Belleannée commence à parler de ses oies, il devient aussi bavard qu’elles ! Ses « fifilles », il les élève chaque année avec passion depuis 2011 à Saint-Maurice-Étusson. Associé du Gaec Villeneuve, il a voulu diversifier la production jusque-là spécialisée en bovin viande. L’exploitation, qui compte aujourd’hui 550 ha de SAU, voit naître 320 Blondes d’Aquitaine chaque année et engraisse aussi 420 broutards par an.

De deux associés, Samuel et son frère Damien, le Gaec est passé à trois en 2008. Il devient alors intéressant pour eux de se diversifier, histoire de « ne pas mettre tous ses pieds dans les mêmes sabots », dixit l’éleveur. Conseillé par la coopérative Terrena, l’agriculteur démarre l’atelier avec 800 oies blanches en 2011 pour monter à 2 500 aujourd’hui.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Publicité