Aller au contenu principal
Font Size

Pas de bascule de printemps pour les eaux souterraines

Le bureau de recherche géologique et minière vient de livrer sa dernière édition de l’état des nappes d’eaux souterraines. Tour d’horizon.

Si la recharge hivernale est plutôt dans la moyenne dans le sud du bassin parisien et vers le pourtour méditerranéen, le reste
du territoire présente des niveaux bas qui inquiètent le BRGM.
Si la recharge hivernale est plutôt dans la moyenne dans le sud du bassin parisien et vers le pourtour méditerranéen, le reste
du territoire présente des niveaux bas qui inquiètent le BRGM.
© BRGM

Traditionnellement, les nappes d’eaux souterraines se rechargent entre septembre-octobre et mars-avril. Lorsqu’arrive le printemps, on parle alors de bascule entre la période hivernale et la période estivale. En 2017, ce moment précis, qui donne une bonne indication du fonctionnement de la pluviométrie et des températures pendant l’hiver et le printemps, n’a pas encore été atteint et la recharge se poursuit. Rien de catastrophique car cette bascule peut encore intervenir pendant le mois de mai.


Cependant, le Bureau de recherche géologique et minière (BRGM), en charge de ces mesures sur les nappes d’eaux souterraines, attire l’attention sur « une recharge hivernale insuffisante », à la date du 1er avril. « Moins de la moitié des nappes (46 %) affiche un niveau moyen ou plus haut que la moyenne. La situation montre qu’à peine la moitié du territoire a, pour l’instant, commencé à bénéficier de la recharge hivernale attendue pour cette période de l’année. Seuls quelques rares secteurs présentent des niveaux autour de la moyenne voire modérément hauts comme la Lorraine, le sud du Bassin parisien ou la plus grande partie du pourtour méditerranéen. Le reste du territoire présente des niveaux modérément bas voire bas », peut-on lire dans la présentation publiée ce 20 avril. L’explication générale est assez simple : les pluies normalement attendues en période hivernale se sont fait attendre, jusqu’en février. Et si mars a été relativement pluvieux, il a aussi été assez chaud.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité