Aller au contenu principal
Font Size

Pas de répit pour le Résa et ses partenaires

Le nombre d’exploitations suivies par la Résa a augmenté en 2016, signe des difficultés rencontrées mais également du renforcement des actions entreprises.

L’apport des organismes présents sur le terrain pour faire remonter les problématiques recontrées est un véritable atout pour le Résa.
L’apport des organismes présents sur le terrain pour faire remonter les problématiques recontrées est un véritable atout pour le Résa.
© C.M.

C’est un chiffre qui est toujours attendu avec appréhension par les équipes du Résa. Principal indicateur de l’activité de la structure, le nombre d’exploitations suivies en 2016 retourne vers les hauteurs de 2013. L’année dernière, elles étaient 251, soit une trentaine de plus qu’en 2015. Un chiffre en hausse qui rend compte des difficultés de la campagne deux-sévrienne et notamment de l’impact des mauvaises récoltes au second semestre 2016. Néanmoins, ces données doivent être également perçues comme un renforcement de l’action des équipes mobilisées sur le terrain. « Le maillage se fait plus dense. Le fonctionnement en réseau est le point fort de notre structure », se félicite François Chauveau, le président du Résa.

Ce réseau, composé des techniciens de la chambre d’agriculture, de la MSA, des OPA ou encore des banques, est à l’origine de la moitié des 73 entrées dans le dispositif en 2016 grâce à leur travail de détection et de relais. « Afin de renforcer cette surveillance, les membres de ces organismes ont été formés à être plus à l’écoute des risques psycho-sociaux », présente Valérie Berton, conseillère au Résa. C’est ainsi que 22 personnes de cinq OPA différentes ont suivi une formation l’année dernière.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité