Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Filière laitière
Période de confinement : « Il faut écrêter le pic de production de lait »

Alors que la production de lait de vache va connaître son pic annuel dans quelques jours, la lourdeur des marchés inquiète. Les cours du lait spot dévissent : ils tombent à 190 € les 1000 litres.

Confinement, semaine 2 : l'ambiance commerciale est lourde
© F.Mechekour

Dans des périodes aussi intenses, on gère l’urgent. « Écrêter le pic de production » est probablement la priorité des prochains jours en production laitière.

Caroline Le Poultier, directrice générale du Cniel, met en alerte tous les maillons de la filière. « Le pic de production annuelle arrive avec le mois d’avril ». Or, ces dernières semaines, tous les maillons de la filière font face à une baisse de la main-d’œuvre. Transformation, acheminement des marchandises, mise en rayon… Tout tourne au ralenti. « Les fromages AOP, les produits certifiés d’une manière générale, se vendent mal. Pour d’autres produits, crème, beurre, lait, fromages ingrédients, fromages fondus, l’allongement des délais de réapprovisionnement des rayons freine de commerce ». 

Le lait spot à 190 € les 1000 litres

Alors que l’herbe du printemps promet d’être abondante et la qualité au rendez-vous de l’année, les éleveurs vont prochainement connaître les plus gros jours de production de l’année. « Après quelques semaines de ralentissement, le marché à l’export se rétablit. L’arrêt du fret aérien perturbe encore les flux, mais on sent que ça repart ». Une note optimiste dans une ambiance commerciale lourde. « Nous travaillons pour que des aides européennes au stockage soient débloquées. Elles seront essentielles pour préserver l’économie de la filière, même si parallèlement, nous travaillons à des solutions techniques permettant aux éleveurs de freiner la montée en puissance de la production », certifie Caroline Le Poultier. 

Tout le monde doit prendre ses responsabilités, alerte-t-on au Cniel. Dans son domaine, chaque maillon doit essayer de faire en sorte que le commerce soit au plus près de la normale. « Pour le moment, le prix du litre de lait payé au producteur se maintient. En revanche, le lait spot à fortement dévissé. 240 à 250 € les 1000 litres il y a encore une semaine ou deux, il est tombé aujourd’hui (ndlr : mercredi 25 mars) à 190€ les 1000 litres ». 

Lire aussi : Réformes, ration, monotraite : il est possible de contenir la montée de lait du printemps

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les bruits liés aux canons effaroucheurs d’oiseaux

L’agriculture génère des bruits, notamment pendant la saison des gros travaux, récolte, semis, et notamment lors des semis de…

Le déconfinement se prépare en Deux-Sèvres
Département classé vert, les Deux-Sèvres sont très peu touchés par l’épidémie de Covid-19. La sortie du confinement se prépare…
Partir de la ferme... pour mieux revenir
Alexandre Brousseau rejoint l’exploitation familiale à Nueil-les-Aubiers, après avoir acquis de l’expérience comme technicien-…
Hélène Blaud, présidente nationale des anciens exploitants
Jeudi 14 mai, Hélène Blaud a été élue présidente de la section nationale des anciens exploitants. Pendant trois ans, la Deux-…
L’agroalimentaire a mis les bouchées doubles pendant le confinement
La fermeture de la restauration hors domicile a obligé la filière à se tourner vers la grande distribution, alors que la demande…
Tourisme vert pour un département "vert"

Après les annonces du gouvernement sur un plan de relance du tourisme, avec une enveloppe de 18 milliards d’euros à la clé, le…

Publicité