Aller au contenu principal

Filière laitière
Période de confinement : « Il faut écrêter le pic de production de lait »

Alors que la production de lait de vache va connaître son pic annuel dans quelques jours, la lourdeur des marchés inquiète. Les cours du lait spot dévissent : ils tombent à 190 € les 1000 litres.

© F.Mechekour

Dans des périodes aussi intenses, on gère l’urgent. « Écrêter le pic de production » est probablement la priorité des prochains jours en production laitière.

Caroline Le Poultier, directrice générale du Cniel, met en alerte tous les maillons de la filière. « Le pic de production annuelle arrive avec le mois d’avril ». Or, ces dernières semaines, tous les maillons de la filière font face à une baisse de la main-d’œuvre. Transformation, acheminement des marchandises, mise en rayon… Tout tourne au ralenti. « Les fromages AOP, les produits certifiés d’une manière générale, se vendent mal. Pour d’autres produits, crème, beurre, lait, fromages ingrédients, fromages fondus, l’allongement des délais de réapprovisionnement des rayons freine de commerce ». 

Le lait spot à 190 € les 1000 litres

Alors que l’herbe du printemps promet d’être abondante et la qualité au rendez-vous de l’année, les éleveurs vont prochainement connaître les plus gros jours de production de l’année. « Après quelques semaines de ralentissement, le marché à l’export se rétablit. L’arrêt du fret aérien perturbe encore les flux, mais on sent que ça repart ». Une note optimiste dans une ambiance commerciale lourde. « Nous travaillons pour que des aides européennes au stockage soient débloquées. Elles seront essentielles pour préserver l’économie de la filière, même si parallèlement, nous travaillons à des solutions techniques permettant aux éleveurs de freiner la montée en puissance de la production », certifie Caroline Le Poultier. 

Tout le monde doit prendre ses responsabilités, alerte-t-on au Cniel. Dans son domaine, chaque maillon doit essayer de faire en sorte que le commerce soit au plus près de la normale. « Pour le moment, le prix du litre de lait payé au producteur se maintient. En revanche, le lait spot à fortement dévissé. 240 à 250 € les 1000 litres il y a encore une semaine ou deux, il est tombé aujourd’hui (ndlr : mercredi 25 mars) à 190€ les 1000 litres ». 

Lire aussi : Réformes, ration, monotraite : il est possible de contenir la montée de lait du printemps

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
Sécheresse, printemps, Deux-Sèvre, élevage, céréales.
Chaque jour qui passe entame le potentiel des cultures fragilisées par le gel
En un mois, l’excellent potentiel créé par les conditions météo de l’hiver est largement entamé. Chaleur en mars, froid, vent d’…
Publicité