Aller au contenu principal
Font Size

Portrait
Philippe Martinot a préféré vivre son rêve que rêver sa vie

Né à Bondy en Seine-Saint-Denis, c’est en Pays d’Auge d’où sa mère est originaire que Philippe Martinot a développé un amour viscéral pour l’agriculture. L’actuel président de la FDCuma a trouvé dans ses nombreuses rencontres l’envie d’aller jusqu’à l’installation.

Passionné, convaincu, Philippe Martinot a connu des moments de doute : « Si je renonce à l’agriculture, vers quoi aurais-je envie de me diriger ? Le vide qui à chaque nouveau questionnement s’installait m’a poussé à persévérer ».
Passionné, convaincu, Philippe Martinot a connu des moments de doute : « Si je renonce à l’agriculture, vers quoi aurais-je envie de me diriger ? Le vide qui à chaque nouveau questionnement s’installait m’a poussé à persévérer ».
© N.C.

«Je ne m’y voyais pas un grand avenir », sourit Philippe Martinot en évoquant ses premiers pas à la fédération départementale des Cuma. Eleveur peu intéressé par le matériel, six ans après son entrée au conseil d’administration de l’organisation, il en est pourtant élu président. Une trajectoire inattendue. Une de plus pour ce petit banlieusard dont les premiers pas sur le bitume parisien ne prédestinaient pas à l’agriculture. Entre Bondy (Seine-Saint-Denis) où l’enfant a poussé ses premiers cris et La Brosse à Coulonges-Thouarsais où l’agriculteur concrétisait en 2001 son rêve de gosse, trente-cinq ans riches de rencontres constructives se sont écoulés.
L’impulsion en 2005 est venue de la relation amicale entretenue avec son voisin Michel Guionnet lui-même engagé dans le réseau Cuma. Un clin d’œil à toutes ses amitiés sur lesquelles l’homme s’est construit. Et particulièrement à celles du Calvados. C’est à Lieury, patrie de sa mère et de ceux dont la générosité, le mode de vie, la tendresse ont marqué son avenir du sceau de la passion que le petit citadin, dès trois ans, s’est promis à l’agriculture.  « Je passais mes vacances scolaires sur la ferme de cette famille de 4 enfants. Mes parents ne me voyaient plus. J’aimais m’asseoir sur les tracteurs, regarder les travaux de labour. Quand il fallait penser à rentrer c’était un déchirement, il fallait m’arracher à cet univers dont l’attachement devenait viscéral ». Lire la suite dans Agri 79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité