Aller au contenu principal

Phytos : consultation publique sur la séparation vente/conseil

© Pixabay

Trois projets de textes réglementaires relatifs à la séparation de la vente et du conseil en matière de phytos sont soumis à consultation publique du 27 juillet au 4 septembre, d’après le ministère de l’Agriculture. Le projet de décret précise le contenu et les modalités d’exercice des activités de conseils stratégiques et spécifiques, tels que définis par l'ordonnance du 24 avril 2019 issue de la loi Egalim. Un projet d'arrêté définit la liste de démarches ou pratiques favorables à la réduction des phytos et qui permettent une exemption de conseil stratégique: «l’agriculture biologique ou la conversion» vers la bio, «la certification environnementale de troisième niveau» dite HVE. Le second projet d’arrêté, applicable au 1er janvier 2021, fixe les modalités de la certification pour les activités de distribution, d'application et de conseil à l'utilisation de phytos. Il définit les moyens nécessaires pour satisfaire aux obligations en matière de CEPP (Certificats d'économie de produits phytos) dans le cadre de la certification des distributeurs, ajoute le ministère.

Les CEPP apparaissent comme «un enjeu majeur» (FNA)

Par ailleurs, la FNA (Fédération du négoce agricole) souligne l’«enjeu majeur» des Certificats d'économie de produits phytos (CEPP), au vu des textes sur la séparation de la vente et du conseil que le gouvernement soumet à consultation. «Il n’y a pas d’abandon des CEPP», déclare le délégué général François Gibon à rebours d’une opinion fréquente, selon lui. Et de s’inquiéter à propos de l’obligation de moyens «organisationnels» et «matériels» nécessaires à l'obtention ou l'acquisition de tels certificats. Le projet d’arrêté met «énormément de responsabilités» entre les mains des organismes certificateurs chargés d’auditer les entreprises, considère François Gibon. C’est un texte qui prête à «énormément d’interprétations» chez l’auditeur, d’après lui. L’enjeu est une suspension d’agrément en cas de non-respect des dites obligations. Ce dispositif de CEPP vise à inciter les distributeurs de phytos à promouvoir ou à mettre en œuvre, auprès des utilisateurs, des actions permettant de réduire l'utilisation, les risques et les impacts de tels produits. En déclarant ces actions, les distributeurs peuvent obtenir des certificats qui attestent de leur mise en place et du respect de leurs obligations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Elections, Départementales, Deux-Sèvres, Coralie Denoues, juillet 2021
Trois tours nécessaires pour élire Coralie Denoues
La liste 100% Deux-Sèvres a obtenu une large majorité au second tour des élections dimanche 27 juin. Pour autant trois tours ont…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité