Aller au contenu principal

Aides
Plan d’urgence : le 31 janvier au plus tard

Les dossiers pour prétendre aux aides du plan d’urgence sont à envoyer avant le 31 janvier.

Les premières mesures du plan d’urgence entrent en application. Doté en Deux-Sèvres de 1,3 million d’euros pour les prêts bancaires et de 751 920 ? pour l’allégement de charges sociales, il vise plus spécifiquement les filières viande bovine et ovine jugées par la préfecture « les plus touchées par la crise », du fait notamment de la FCO.
Toutefois, les exploitations des filières caprine, cunicole et maraîchère (sous serres) ainsi que les exploitations viticoles (hors AOC) pourront être aidées après examen de leur situation.
Un dossier commun pour les demandes de bénéfice du Fonds d’allégement des charges (FAC) et de prise en charge des cotisations sociales est envoyé en ce moment par la DDAF à tous les agriculteurs relevant des filières concernées.

Détail des mesures mises en place
• La prise en charges des intérêts de l’année 2009 des prêts bonifiés : 100% pour les jeunes agriculteurs, partielle pour les autres.
• La prise en charge des intérêts de l’année 2009 des prêts non bonifiés : 100% pour les jeunes agriculteurs, partielle pour les autres. Cette aide n’est possible que si un prêt de consolidation est réalisé (5 ans, 3,5% et différé possible d’1 an).
• Des prêts de trésorerie bonifiés par l’Etat et les banques :
- crédit à court terme d’une durée maximale de 12 mois : maximum 20 000 ?, possibilité de dérogation au cas par cas ;
- bonification de l’Etat : maximum 2,5 points pour un jeune agriculteur et 2 points pour les autres ;
- bonification de la banque : maximum 1,5 point à la charge de l’exploitant, minimum 0,5 point.
La prise en charge partielle de cotisations sociales. Pour celles-ci, les dossiers seront transmis par la DDAF à la MSA qui les examinera. Les échéanciers constituent un effort supplémentaire accordé par la caisse.
Les dossiers présentés seront analysés par une cellule de suivi au regard des critères suivants, définis par l’ensemble des partenaires concernés :
• Le taux de spécialisation cumulé en bovins, ovins, caprins, lapins, viticulture hors AOC et maraîchage sous serres : minimum 30% (ventes de la production concernée/chiffre d’affaires total de l’exploitation incluant les primes couplées et découplées). Pour chaque filière, un nombre minimum d’animaux sera retenu  : 20 vaches allaitantes, 200 brebis, 250 lapines et 150 chèvres
Les situations les plus critiques des autres filières seront examinées au cas par cas.
• Il faut être agriculteur à titre principal ou détenir plus de 50% du capital social.
• Le taux d’endettement sera évaluée ainsi :
- exploitant au réel : dettes hors emprunts fonciers / actif hors foncier ;
- exploitant au forfait : annuité + frais financiers CT / CA total.
Ce taux d’endettement devra être supérieur à 20% Toutefois, les dossiers présentant un taux inférieur ne seront pas systématiquement rejetés mais seront étudiés.
Les dossiers complets devront parvenir au plus tard le 31 janvier 2009 à la Direction départementale de l’équipement et de l’agriculture BP 526 - 39, avenue de Paris - 79022 Niort cedex.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Influenza Aviaire, Deux-Sèvres, Augé
Grippe aviaire : le sud-ouest des Deux-Sèvres concerné par des mesures de prévention
Le virus hautement pathogène H5N8 a été détecté le 20 octobre sur deux cygnes tuberculés aux Pays-Bas. Pour limiter les risques d…
La Caveb veut rester un acteur majeur de la viande rouge
Lors du point presse précédent son assemblée générale, le mercredi 30 septembre, la coopérative agricole de Châtillon-sur-Thouet…
Manifestation de Bassines non merci en opposition au projet de réserves des la Sèvre niortaise.
La transition agroécologique, l’enjeu des réserves de substitution
Partisans et opposants parlent de la nécessaire transition agro-écologique. Pour les premiers les réserves de substitutions sont…
Capr'inov, un salon à huis clos

Pas de public, pas d’exposant. C’est une édition spéciale de Capr’inov que l’équipe du salon de la chèvre est contrainte d’…

À 50 ans, la Corel affiche sa bonne santé commerciale
La coopérative d’élevage a tenu son assemblée générale le jeudi 24 septembre. Avec un nouveau directeur et un nouveau président,…
Plombier, il arrête tout pour reprendre la ferme de son père
Mathieu Moreau, plombier chauffagiste depuis quinze ans, a eu un déclic pendant le confinement : c’est peut-être à lui de…
Publicité