Aller au contenu principal

Le bâtiment tunnel, une solution pour loger les animaux l'été

Les bâtiments en ossature tunnel existent depuis plus de dix ans. Bien qu’apportant de nombreux avantages, notamment sur la ventilation d’été, ces solutions de logement se construisent peu aujourd’hui.

Le bâtiment nécessite un changement de bâche tous les 15-20 ans mais il est fiable dans le temps.
Le bâtiment nécessite un changement de bâche tous les 15-20 ans mais il est fiable dans le temps.
© N.C.

Comment peut s’expliquer une meilleure ambiance l’été ?
Afin de confirmer son appréciation positive sur les bâtiments tunnel, le groupe régional bâtiment des chambres d’agriculture a interrogé le Gaec des Pensées à Désertines (Mayenne). Cette exploitation avait mis en place il y a plusieurs années un bâtiment de ce type pour loger une centaine de vaches. Elle en tire aujourd’hui de réels profits.
Le premier choix « technique » le plus apprécié des agriculteurs est souvent la luminosité d’un bâtiment, qui assure des conditions agréables de travail. Les éleveurs du Gaec des Pensées reconnaissent d’ailleurs « avoir visité trop de bâtiments sombres ». Il faut faire attention néanmoins lors du choix du bâtiment : un bâtiment lumineux peut se comporter comme une serre l’été en fonction du positionnement des parois éclairantes et ventilantes (translucides perforés ou non, filets, tôles perforées, bois ajouré). Tout repose notamment sur le temps de présence des animaux en bâtiment. Plus celui-ci est important et plus il faudra réfléchir son ambiance en travaillant sur les bardages latéraux (amovibles ou non), synonymes de clarté et d’ensoleillement dans le bâtiment l’hiver et de limitation de ce même ensoleillement l’été, quand le soleil est au zénith. L’intérêt de cette approche se comprend très vite quand on connaît l’inconfort des gros bovins à de fortes températures (dès 25 °C) contrairement à leur résistance au froid (il n’y a pas de problème avec des températures légèrement négatives sans courant d’air).
L’intérêt du bâtiment tunnel, été comme hiver, est de disposer d’une toiture isolée en doubles parois gonflante et donc sans translucide. L’ambiance du bâtiment est assurée par un système d’ouverture en toiture et par l’ensemble des filets latéraux, qui assurent une très bonne combinaison entre entrées d’air et ensoleillement, « sans odeur d’ammoniac », témoigne le Gaec des Pensées. « C’est un bâtiment avec des variations de température maîtrisées. En été, les températures peuvent monter jusqu'à 35 °C et dans le bâtiment, il ne fait que 20-25 °C grâce à la ventilation et l'isolation. En hiver, c'est moins flagrant mais on arrive tout de même à gagner 5 °C. »

Comment se gère cette bonne ambiance estivale ?
Afin de mieux maîtriser l’ambiance du bâtiment selon les conditions climatiques, les ouvertures en toiture sont modulables et gérées automatiquement grâce à une station météo extérieure reliée à un boîtier programmable dont les réglages peuvent être modifiés par l’éleveur. Ce sont notamment des paliers de température qui gèrent l’ouverture plus ou moins grande des ouvrants. En cas de problèmes techniques ou de conditions météo défavorables, « les toits se referment automatiquement. L'hiver, ils restent fermés. La partie veaux, par contre, est fixe, il n’y a pas d’ouverture en toiture pour ne pas créer de mauvais courant d'air ». Il a, en effet, fait le choix de loger les veaux dans un tunnel proche du bloc traite, ce dernier se trouvant également sous un tunnel. Ce choix a permis de limiter les tarifs grâce à l’autoconstruction et avec une surface construite importante.

Plus d'infos dans le dossier bâtiments du journal Agri 79 du 25 mars 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Coralie a trouvé son bonheur au volant des tracteurs
Pas faite pour l’école, puis rêvant de devenir soigneur animalier, Coralie Babeau a finalement trouvé sa vocation en tant que…
Christiane Lambert défend « le vrai visage de l’agriculture »
La première journée du congrès national du syndicat a commencé au Gaec du Petit Chauveux, où se sont rendus représentants et élus…
De Soudan à Cournon, une vie dédiée à l’amour des Parthenaises
Les époux deux-sévriens Christine et Didier Proust reçoivent ce 8 octobre les Sabots d’or au Sommet de l’élevage de Cournon d’…
Alexandre Jorigné : " Je retrouve le métier d’éleveur en travaillant comme ça "
Membre des JA 79 et Nouvelle-Aquitaine, Alexandre Jorigné a rejoint l’équipe de Capr’Inov en 2020. Chargé du Capr’I Cup, il s’est…
« Ça suffit » !
Un collectif représentant la profession agricole réagit aux exactions réalisées par les opposants aux réserves de susbtituion de …
Des panneaux photo, oui, mais lavés une à deux fois par an
Le développement du photovoltaïque ne se dément pas, sur les bâtiments agricoles mais pas seulement. Avec sa société Photon…
Publicité