Aller au contenu principal

Plus loin et plus longtemps pour les courses

L’Insee vient de publier les résultats de son enquête sur les courses. Des habitudes passées à la loupe depuis 1974.

Les Français consacrent plus de temps à leurs courses et privilégient toujours le samedi pour les faire.
Les Français consacrent plus de temps à leurs courses et privilégient toujours le samedi pour les faire.
© J . C. Gutner

Depuis 1974, la façon de faire les courses a évolué en France : leur durée s’est allongée et elles se font plus loin du domicile. Le temps leur étant dévolu a augmenté de 23 minutes entre 1974 et 2010, leur durée passant de 49 minutes à 72 minutes sur une journée moyenne. La population urbaine française consacre en moyenne  2 heures et 41 minutes par semaine à faire ses courses, soit 11 % de son temps domestique. En 35 ans, les écarts entre hommes et femmes se sont réduits : la durée hebdomadaire moyenne réservée aux courses a diminué de 28 minutes pour les femmes et augmenté de 21 minutes pour les hommes. La part des trajets à pied, majoritaires en 1974 (53 % de la durée totale des trajets ayant pour motif les courses), a fortement diminué en 2010 (à 17 %) au profit des déplacements en voiture (65 % de la durée totale en 2010 contre 38 % en 1974). La durée du trajet lorsqu’on fait ses courses en automobile a ainsi triplé depuis 1974 et atteint 15 minutes par jour en 2010. Cette évolution est liée à l’essor des courses dans les grandes surfaces, situées majoritairement à la périphérie des villes : elles concentrent en 2010 les trois quarts des déplacements. En 1974 comme en 2010, les déplacements à pied sont réservés aux courses de proximité de moins de dix minutes.Les horaires pour faire ses courses sont désormais plus étalés dans la journée. La part de consommateurs qui font leurs courses au moment le plus fréquenté de la matinée (à 10 h 35) est passée de 8 ,5 % à 6,4 % entre 1974 et 2010. Mais elle a triplé entre 13 h et 14 h pendant ce laps de temps, passant de 0,4 % à 1,2 % en moyenne. Le taux moyen de personnes faisant leurs courses entre 20 h et 21 h est de 0,3 % en 2010, contre 0,1 % en 1974.



Pas toujours une corvée
La pratique des courses s’est surtout modifiée pendant les week-ends. Désormais, les courses du samedi se répartissent de façon beaucoup plus uniforme entre le matin et l’après-midi avec deux périodes de pointe : 8 % en moyenne entre 10 h et 11 h, puis entre 15 h et 17 h. Le dimanche, la fréquentation culmine à 10 h 40 (5,4 % de consommateurs). Mais le nombre plus important de magasins ouverts a accru les possibilités de faire des courses le dimanche après-midi. Il y a ainsi une présence constante d’environ 1,4 % de consommateurs entre 14 h et 19 h. La durée moyenne des courses le samedi est de 88 minutes, contre 68 minutes en 1974. Quant à celle des courses du dimanche, elle est passée de 40 à 62 minutes entre 1974 et 2010. Pour la moitié de la population urbaine de 18 ans ou plus, faire des courses n’est pas une obligation gênante. Un cinquième de la population estime cependant que c’est une corvée et 30 % trouvent au contraire que c’est un moment plaisant. Plus l’âge avance, plus faire des courses - occasion de sortie et facteur de sociabilité - est vécu comme un moment agréable : c’est le cas pour 43 % des plus de 55 ans. Généralement, les femmes considèrent plus souvent que faire les courses est une corvée (26 % contre 14 %). Les courses du quotidien sur Internet sont encore rares : en 2010, 2 % affirment faire quelques achats en ligne et seulement 1 % déclare faire uniquement ses courses en ligne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
Sécheresse, printemps, Deux-Sèvre, élevage, céréales.
Chaque jour qui passe entame le potentiel des cultures fragilisées par le gel
En un mois, l’excellent potentiel créé par les conditions météo de l’hiver est largement entamé. Chaleur en mars, froid, vent d’…
Publicité