Aller au contenu principal
Font Size

Foire primée
Plus que jamais une foire concours haut de gamme

Tous les animaux se sont bien vendus à la foire concours de Parthenay qui confirme sa réputation pour les bovins et les ovins haut de gamme.

Sept cents bovins ont trouvé preneur.
Sept cents bovins ont trouvé preneur.
© DR

C’est dans la satisfaction générale que la foire concours d’animaux de boucherie s’est déroulée la semaine dernière à Parthenay. Sept cents bovins, toutes races confondues, ont trouvé preneur « à des prix très corrects, notamment pour les animaux très bien conformés », soulignait Michel Clisson.
Le nouveau président souhaite à la fois pérenniser cette manifestation mais aussi renforcer son audience. Sa réputation de première foire d’animaux de boucherie n’est plus seulement appréciée des boucheries traditionnelles. « Les grandes surfaces font de ces produits d’excellence des produits d’appel », se félicite-t-il. Rien de tel pour cela qu’une plaque avec les meilleurs prix pour séduire les acheteurs en cette fin d’année dans les rayons des boucheries des grandes surfaces et des boucheries traditionnelles qui achètent respectivement de plusieurs dizaines à un, voire deux animaux.
Cette année, beaucoup d’animaux ont été refusés par les organisateurs qui ne souhaitent pas dépasser le seuil de 700. « S’il y en a 100 de plus l’année prochaine, ils pèseront sur les prix », fait remarquer Michel Clisson. « A moins que nous ayons les moyens de faire venir d’avantages d’acheteurs », poursuit-il. Car « tout doit se vendre, et bien », est le principe auquel on ne veut pas déroger.
Jusqu’à l’année dernière, la parthenaise arrivait en tête des effectifs. Ce qui lui a valu d’être à l’honneur cette année. L’année prochaine, ce sera la blonde d’Aquitaine qui fera son entrée en force sur le marché.
Autre entrée en force celle des ovins avec 25 lots dont 6 constitués d’apports d’éleveurs via leur groupement Caveb et Teldis. « On a mis dans la balance pour cette opération avec les groupements, les difficultés dans ce secteur. » Même si la période n’est pas la plus favorable pour ces animaux, « les lots se sont tous très bien vendus et surtout très rapidement », a pu constater Michel Clisson.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité