Aller au contenu principal

Plusieurs solutions pour nettoyer les logettes

Certains éleveurs ont décidé de mécaniser la tâche récurrente que représentent l'entretien et le nettoyage des logettes.

La pailleuse automotrice est la solution la plus confortable.
La pailleuse automotrice est la solution la plus confortable.
© Réussir

Trois systèmes se partagent actuellement le marché du nettoyage des logettes : un modèle à conducteur marchant, un modèle attelé à un tracteur ou un automoteur. Suivant la gestion de l'effluent, fumier ou lisier, le type de stockage, en fosse ou caillebotis, les temps d'entretien diffèrent, les équipements aussi.

Outil attelé
Le modèle le plus simple et le moins cher du marché est certainement la balayeuse attelée à l'avant ou à l'arrière du tracteur ou sur n'importe quel engin de manutention, via une interface. Il se caractérise par un balai de grand diamètre, avoisinant le mètre, et par le choix de fibres, en acier enrobé de caoutchouc pour les surfaces rugueuses ou en polypropylène pour les surfaces plus délicates. Au travail, la machine se déporte jusqu'à 1,50 m.

Conducteur marchant
Le modèle de balayeuse avec conducteur marchant est un modèle intermédiaire entre la balayeuse classique et le modèle automoteur. Le balayage est réalisé avec une brosse comprise entre 50 et 90 m de diamètre. Comme sur une balayeuse classique, la brosse est réglable en hauteur et en profondeur. Si elle en est équipée, les matériels de distribution de litière se différencient selon leur capacité et la nature du produit : les bacs de faible capacité (moins de 100 litres) sont adaptés pour un apport d'asséchant sans litière.

Automoteur
La solution automotrice est de loin la plus confortable mais aussi la plus onéreuse. À l'avant de l'engin, une brosse rotative entraînée hydrauliquement peut, suivant les modèles, s'orienter grâce à un bras articulé. Un vérin hydraulique permet d'ajuster son positionnement. La brosse assure le balayage des logettes sur une bande de 60 à 90 centimètres. Une soufflerie permet de saupoudrer simultanément de la sciure ou de la paille. La transmission est hydrostatique.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 1er avril 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité