Aller au contenu principal

Porc: la castration pourrait être réservée aux éleveurs sous Siqo ou sous contrat

© Anjou Agricole

Alors que la castration à vif des porcelets sera interdite début 2022, un projet d'arrêté – actuellement en consultation avec les parties prenantes – vise à « subordonner » la poursuite de cette pratique (avec prise en charge de la douleur) à « un besoin spécifique d'approvisionnement en viande de porc mâle castré ». D'après ce texte, la castration ne pourrait être pratiquée que dans deux cas: soit dans le cadre d'un signe de qualité et d’origine (Siqo); soit « lorsqu’elle est rendue nécessaire par une exigence de qualité imposée au producteur par l’abatteur, compte-tenu des débouchés du produit ».

Plus grasse, la viande de porc castré est jugée indispensable pour la fabrication de certains produits comme la charcuterie sèche. Dans ce deuxième cas, l'abatteur « justifie de cette nécessité par une attestation délivrée par le préfet qu’il communique au producteur ». L'éleveur ne peut « recourir à la castration que lorsqu’il dispose de cette attestation et qu’il a conclu avec l’abatteur un contrat ». Un autre texte fait aussi l'objet d'une consultation (instruction technique fixant les modalités de l'anesthésie des porcelets). D'après plusieurs sources concordantes, l'annonce du cadre réglementaire de l'arrêt de la castration pourrait avoir lieu au Space de Rennes, après la prise de position de l'interprofession Inaporc attendue cette semaine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

300 personnes pour le premier dîner fermier à La Crèche

La chambre d’agriculture des Deux-Sèvres a lancé…

Petit moulin cherche meunier pour se réveiller
Depuis les années 80, la famille Boiron fait tourner la minoterie éponyme, en plein cœur de La Crèche. Inscrite dans la tradition…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Stockage de l'eau : les uns avancent, les autres demandent à rejouer la partie
La radicalisation des opposants aux projets de stockage de l’eau laisse peu d’espoir que naissent des compromis. Le 6 novembre, à…
Plein phare sur le robot d’alimentation au Chêne blanc
Au programme de cette première journée du salon Capr’Inov, rendez-vous à Pougne-Hérisson pour visiter la SCEA du Chêne Blanc, qui…
Définition de l'agriculteur actif: l'État et les Régions d'accord pour 67 ans maximum

Dans le cadre de la concertation autour de la déclinaison française de la future Pac, le Plan stratégique national (PSN), les…

Publicité