Aller au contenu principal

Porcs bio : être en conformité en janvier

Les engraisseurs bio doivent avoir adapté leurs bâtiments pour janvier afin de répondre au cahier des charges.

© DR

Même si la validation officielle dans le guide de lecture est encore attendue, les orientations de la réglementation bio, dont les premiers effets doivent être visibles dès le 1er janvier 2021, sont connues. Courant 2019 déjà, Inaporc avait réalisé une enquête pour recenser les différents profils des bâtiments, ce qui a servi de base à l’Inao pour son échéancier. « On veut y aller crescendo, en fonction des surfaces, de la difficulté d’adaptation, explique Christelle Maillet, conseillère spécialisée en élevage bio à l’APCA. Il y a ainsi plus de tolérance pour la maternité et les gestantes ». Pour la phase engraissement, l’accès à l’extérieur doit être possible d’ici deux mois, ainsi qu’une ouverture à minimum 5 % sur trois côtés de l’aire d’exercice.
« On espère que les aides bâtiment vont être réactivées et suffisantes pour soutenir tous ces investissements », alors que pour l’instant, la production de porcs bio atteint à peine 2 % du cheptel français.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité