Aller au contenu principal

Pour favoriser l’utilisation de la betterave fourragère

Les ventes de betteraves fourragères laissent apparaître un intérêt croissant. Une culture simplifiée grâce aux solutions génétiques, de désherbage et de mécanisation.

Les semenciers proposent de plus en plus de variétés tolérantes à la rhizomanie et au rhizoctone brun.
Les semenciers proposent de plus en plus de variétés tolérantes à la rhizomanie et au rhizoctone brun.
© C. Delisle

Après la PAC de 1992, les ventes de betteraves fourragères ont chuté et continué de décroître jusqu’en 2007. Depuis, elles se stabilisent voire « augmentent légèrement. Aujourd’hui, on observe également ce regain d’intérêt auprès des semenciers. Entre 2000 et 2009, seulement dix nouvelles variétés de betteraves fourragères ont été inscrites au catalogue français, contre 13 entre 2010 et 2014 et sur l’année 2015, ce sont cinq nouvelles variétés qui ont été proposées à l’inscription », constate Julien Greffier, animateur à l’association pour le développement de la betterave fourragère monogerme (ADBFM).

Des variétés tolérantes
aux maladies
Actuellement, « presque toutes les variétés sont tolérantes à la rhizomanie, maladie qui altère fortement les rendements. On observe un écart de rendement de 20 à 35 % selon les années, entre des variétés sensibles et d’autres résistantes. » Le rhizoctone brun représente la seconde maladie pour laquelle les semenciers proposent des variétés tolérantes. Elle provoque des nécroses sur la racine et pose principalement problème lors de la conservation des betteraves.
Les variétés de betteraves dites fourragères-sucrières avec un taux de matière sèche compris entre 12 et 16 % représentent la majorité des ventes de doses. Toutefois, on observe que les ventes du type sucrières-fourragères avec un taux de matière sèche supérieure à 16 % se développent pour atteindre un tiers des ventes. Un taux de MS élevé permettant d’améliorer le rendement UF/ha. Les éleveurs rencontrent en effet de moins en moins de contraintes de distribution pour les betteraves à teneur élevée en matière sèche qui peuvent être légèrement plus dures, rendant de ce fait la consommation plus délicate pour les bovins, grâce aux solutions de distribution mécanisée (découpage en morceaux).

Une mécanisation à 100 %
La betterave fourragère dispose de nombreux atouts tant zootechniques qu’agronomiques (rotation, piégeage de l’azote, sécurisation du système fourrager). Son intérêt zootechnique est aujourd’hui bien connu des éleveurs. Avec un rendement régulièrement supérieur à 100 tonnes de racines par hectare, les éleveurs peuvent compter sur une production de 18 000 à 22 000 UFL par hectare. « Toutefois, la betterave fait encore face à certains clichés concernant la mécanisation. Pourtant, les solutions de désherbage, de récolte et de distribution mécanisée ont largement contribué à en simplifier sa conduite. C’est aujourd’hui une culture qui se mécanise du semis à la distribution et qui ne pose pas forcément de problème pour le désherbage, à condition de réaliser deux à trois passages post-levée, en respectant à chaque fois un intervalle de sept à dix jours maximum, sans se préoccuper du stade de la betterave. Après avoir effectué le désherbage et utilisé si nécessaire un fongicide pendant l’été, il ne reste plus qu’à attendre la récolte, la betterave se conserve ensuite très bien sur une aire bétonnée », poursuit Julien Greffier. Le dernier frein technique éventuel est lié à la récolte lorsque l’éleveur n’est pas équipé, mais il y a des solutions.

L’ADBFM a entièrement refondu son site Internet, tourné entièrement vers l’éleveur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Influenza Aviaire, Deux-Sèvres, Augé
Grippe aviaire : le sud-ouest des Deux-Sèvres concerné par des mesures de prévention
Le virus hautement pathogène H5N8 a été détecté le 20 octobre sur deux cygnes tuberculés aux Pays-Bas. Pour limiter les risques d…
La Caveb veut rester un acteur majeur de la viande rouge
Lors du point presse précédent son assemblée générale, le mercredi 30 septembre, la coopérative agricole de Châtillon-sur-Thouet…
Manifestation de Bassines non merci en opposition au projet de réserves des la Sèvre niortaise.
La transition agroécologique, l’enjeu des réserves de substitution
Partisans et opposants parlent de la nécessaire transition agro-écologique. Pour les premiers les réserves de substitutions sont…
À 50 ans, la Corel affiche sa bonne santé commerciale
La coopérative d’élevage a tenu son assemblée générale le jeudi 24 septembre. Avec un nouveau directeur et un nouveau président,…
Plombier, il arrête tout pour reprendre la ferme de son père
Mathieu Moreau, plombier chauffagiste depuis quinze ans, a eu un déclic pendant le confinement : c’est peut-être à lui de…
Charolais, Julien Bonnet
Concourir pour promouvoir la race charolaise : mais pas à Bressuire cette année
La nouvelle vient de tomber. Les Conviviales d'automne n'auront pas lieu en 2020. La covid-19 aura eu raison de cet évènement qui…
Publicité