Aller au contenu principal

Ovin
" Pour le réveillon du gigot français ! "

Jacques Ingremeau, président de la section ovine de la Frsea interpelle les consommateurs sur la crise profonde que traverse l'élevage ovin.

A quelques jours des fêtes de fin d’année, vous pointez du doigt la promotion des gigots importés, au détriment de l’agneau français…
Alors que les publicités s’amoncellent dans nos boîtes à lettres à la veille des fêtes de fin d’année, les éleveurs d’ovins constatent les promotions de gigots néo-zélandais avec des prix défiant toute concurrence. Ils sont vendus abusivement au même rayon frais que les agneaux français, alors qu’ils sont conservés et traités sous gaz jusqu’à quatre mois après l’abattage.
Les éleveurs d’ovins dénoncent les pratiques commerciales des grandes enseignes qui occultent, et même parfois boycottent les productions régionales, ne laissant ainsi pas le choix de la qualité aux consommateurs. En diminuant l’offre aux consommateurs, la grande distribution pèse ainsi sur les prix à la production et accentue une crise déjà profonde dans l’élevage français et même européen.

Quelles sont les conséquences de ce que vous appelez les pratiques des grandes enseignes commerciales ?
Ces pratiques sont responsables de la disparition lente mais réelle de la filière ovine. Le nombre de brebis a diminué de 6 % entre 2006 et 2007 en Poitou-Charentes. Cette tendance a des conséquences sur l’activité économique de notre région  puisque la filière ovine représente 2 500 emplois en Poitou-Charentes, mais également sur l’environnement des régions ovines comme le Bocage, la Gâtine le Montmorillonnais ou le Confolentais, avec une modifications des paysages qui ne correspondent pas obligatoirement aux attentes des citoyens.
 
Que comptez-vous faire ?
Les éleveurs d’ovins de la FRSEA veulent d’abord rappeler les énormes efforts accomplis sur la traçabilité, les démarches de qualité contrôlées (ICPPC, Label rouge, Diamandin) et la qualité du service de proximité qui garantit une réelle fraîcheur avec un minimum de dépense de CO2 pour la planète.
Par ailleurs, début 2008, nous allons inviter dans un élevage les représentants des associations de consommateurs, de la grande distribution, des abatteurs et des producteurs pour comprendre les attentes des consommateurs et expliquer les contraintes et les enjeux de la production ovine locale face au libéralisme commercial. La production ovine a en effet besoin de l’attention de tous les maillons de la filière jusqu’aux consommateurs.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
À la découverte de la petite Toscane argentonnaise
Loin de la plaine du sud, à équidistance de Bressuire et de Thouars, le village d’Argenton-les-Vallées se tient entre deux rives…
Publicité