Aller au contenu principal

Doux
Pour les éleveurs de Doux Chantonnay, le rapport de force continue

L’assemblée générale de l’Association des producteurs de Doux Chantonnay devait être le signal d’un nouveau départ pour les éleveurs. Après de longs mois d’incertitudes, l’embellie semble enfin là. Mais pas la stabilité.

L’assemblée des éleveurs s’est déroulée le 31 janvier à Chantonnay.
L’assemblée des éleveurs s’est déroulée le 31 janvier à Chantonnay.
© N.C.

«La société Doux a repris son activité, mais elle est très surveillée et le demeurera jusqu’à la fin du remboursement total de la créance », explique, rassurante, Marilyne Bessaguet, en charge du dossier juridique à la Fnsea. « En cas de problèmes, évidemment, il faut saisir le tribunal et le commissaire chargé de l’exécution du plan. Cependant, il faut aller de l’avant et voir le travail effectué par la nouvelle équipe au sein de l’entreprise Doux », poursuivait-elle lors de l’assemblée des éleveurs, le 31 janvier, à Chantonnay.
L’entreprise, représentée par Jean-Charles Doux et Pascal Le Floch, a souhaité intervenir sur l’article 68, concernant l’attribution de 15 millions d’euros d’aides exceptionnelles pour le poulet export, qui seront versées aux éleveurs cette année. L’entreprise, privée de 60 millions d’euros suite à la suppression des restitutions, a annoncé qu’elle récupérerait cette aide directement auprès des éleveurs, soit environ 11 millions d’euros. « On nous a supprimé 10€/tonne sur nos contrats en janvier. Maintenant, ils veulent récupérer l’aide allouée par Bruxelles, alors pour faire passer la pilule, ils nous redonnent 10€/tonne », s’exaspère Daniel Audigane, président de l’association. « Nous avons fait de nombreux sacrifices ces dernières années, on nous en demande de nouveaux. Et lorsque nous nous plaignons, la réponse de Doux est simple : faites des économies d’échelle sur les intrants comme le gaz et les médicaments, en passant par nous. »
Tout comme pour l’association des éleveurs bretons présente lors de cette assemblée, cette décision n’est pas concevable pour les éleveurs de Chantonnay. Ils ont le sentiment de ne pas pouvoir faire confiance à l’entreprise Doux. Daniel Audigane a donc pris la décision de réunir le conseil d’administration le 6 février au cours duquel, il prévoyait de passer la main à un nouveau président. Sa première mission sera donc de régler ce dossier.
Dylan Chevalier, de la chambre régionale des Pays-de-la-Loire, a présenté les différentes aides qui seront mises en place pour les éleveurs de volailles. Les enveloppes budgétaires et les modalités de redistribution ne sont pas encore complètement définies. Ces aides concerneront les bâtiments, les économies d’énergie et la formation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
La pétition reste ouverte pour complément d’enquête
Le collectif BNM a défendu devant la commission PETI un examen approfondi du dossier des réserves.
Publicité