Aller au contenu principal

Pourquoi le département s’est désengagé de Résalis

Depuis le 1er janvier, un nouveau système a été mis en place concernant l’approvisionnement des collèges en produits locaux via Résalis. Gilbert Favreau, président du conseil départemental, s’explique sur les raisons de ce changement.

Gilbert Favreau
Gilbert Favreau
© G.R.

La convention qui avait été mise en place en 2013 entre le conseil départemental et Résalis n’existe plus dans sa forme d’origine. Pour quelles raisons ?
Le conventionnement mis en place à l’origine octroyait une forme de monopole à Résalis avec un groupement qui passait des marchés avec le conseil départemental. Cette convention n’existe plus depuis le 1er janvier 2017. Dès l’arrivée de la majorité actuelle, en avril 2015, nous avons été confrontés à des doléances des collèges, notamment les gestionnaires et les cuisiniers. Nous nous sommes aperçus que le dispositif était très complexe et très coûteux pour le département.
Le groupement de commande organisait des marchés avec les producteurs, Résalis était alors le fournisseur des collèges. Ces marchés, pour beaucoup d’entre eux, n’étaient pas véritablement respectés. Sur le premier semestre 2016 par exemple, seulement 23% des achats programmés ont été respectés. Le dispositif assurait certes un débouché aux producteurs mais ce débouché n’était pas fiable, notamment en ce qui concernait les livraisons.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
La vente de taureaux des Sicaudières se tiendra en présentiel et en ligne
Le 12 mars, la station d’évaluation du lycée agricole de Bressuire proposera 35 taureaux à la vente. Dernière vente de charolais…
Publicité