Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Prairie : un semis sous couvert de céréales

Afin de conforter le bilan fourrager en début de printemps, plusieurs solutions existent.

Les luzernes se développent mieux au printemps. 
Elles peuvent être sécurisées par un semis sous couvert.
Les luzernes se développent mieux au printemps.
Elles peuvent être sécurisées par un semis sous couvert.
© Redcap

Les stocks de fourrages sont parfois bien bas et certaines prairies sont à réimplanter. Mais comment faire cet automne ? Pour les prairies riches en légumineuses, il faut semer tôt et dans l’idéal « avant une petite pluie ». Une mission qui peut sembler quasi-impossible cet automne pour l’instant.
Pour les luzernes, il vaut mieux remettre cela au printemps. Les légumineuses se développeront mieux au printemps car les jours sont croissants et les températures augmentent.
Et pourquoi ne pas sécuriser avec un semis sous couvert ?
Autre solution : on peut implanter un semis de la prairie sous couvert de céréales ou un mélange céréales-protéagineux à récolter immature. Cette pratique permet de sécuriser l’implantation à l’automne ou au printemps. L’implantation de la culture annuelle et de la prairie se font au même moment, c’est-à-dire courant octobre.
Les essais réalisés à la ferme expérimentale de Thorigné d’Anjou montrent que l’impact est très faible sur le rendement de la céréale en fourrage et la prairie est bien implantée. Les retours d’éleveurs de chèvres sont aussi positifs. Cette conduite permet également de limiter le salissement, de contourner l’aléa « fin d’été sec », tout en assurant une bonne implantation de la prairie, notamment des légumineuses. Cela permettra de conforter le bilan fourrager en début de printemps, par un pâturage, un affouragement ou une fauche en enrubannage du mélange implanté.
Avec des sécheresses estivales de plus en plus importantes et longues, il se peut que cette pratique se développe dans les années à venir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un magasin à la ferme pour faire Coop chez vous
Les 12 et 13 juin, Mickaël et Pascale Boudier vont inaugurer La Gâtinelle, leur magasin à la ferme, à Gourgé. Fruit d’un…
Un entrepreneur français lance une «agence internationale de notation des sols»

L'entrepreneur Quentin Sannié, co-fondateur de Devialet (start-up hi-fi) a annoncé, dans un communiqué le 5 juin, le lancement…

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Grégory Nivelle, nouveau président de la Fnsea 79 : « Les agriculteurs n’imposent pas un modèle, ils répondent à des attentes »
Mardi 9 juin, la nouvelle équipe de la FNSEA 79 a élu Grégory Nivelle président. L’éleveur laitier du sud Deux-Sèvres succède à l…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Publicité