Aller au contenu principal

Premier salon national de l’irrigation en Charente-Maritime

Un an et demi après sa création, l’association Aquanide organisait en début de semaine un salon national consacré à l’irrigation. Un événement qui a permis de montrer le poids des irrigants en Poitou-Charentes.

© N.C.

Symboliquement, c’est bien évidemment au pied d’une retenue de substitution que le salon Aquanide s’est installé, dans la commune de Saint-Pierre-d’Amilly, en Charente-Maritime. « Je rappelle que dans le Poitou-Charentes, 160 projets de retenues de substitution sont actuellement en cours » lance Louis-Marie Grollier pour débuter la visite inaugurale du salon, mardi dernier. Aux côtés de Daniel Martin, président d’Irrigants de France (co-organisateur du salon avec Aquanide), l’agriculteur de la Vienne, qui est le président de l’association Aquanide ajoute d’autres chiffres.
« Dans le Poitou-Charentes, on compte : 4 500 irrigants soit 20 000 à 25 000 emplois. L’objectif de ce salon, c’est bien de rappeler l’intérêt de l’irrigation pour les agriculteurs, ainsi que le poids économique que cela représente pour l’intégralité de la région ». Le but était également de rassembler les irrigants, comme l’a rappelé Olivier Pin. Agriculteur à Champagné Saint-Hilaire, dans la Vienne, il est également président de l’association Réseau’Clain, qui réunit les irrigants du bassin du Clain. « Il est important d’aller vers la mutualisation pour diminuer les coûts, mais aussi pour donner des solutions techniques à ceux qui ont le moins de possibilités… ».
Alors qu’une centaine de spécialistes de l’irrigation, semenciers, banques, assureurs, fournisseurs d’énergie, vendeurs de matériels et autres OPA ont investi le site pour montrer leurs savoir-faire et services proposés en lien avec l’irrigation, Louis-Marie Grollier se félicite d’avoir réussi à rassembler ces opérateurs, pour cette toute première édition d’un salon national d’irrigation. « Cela montre aussi que l’irrigation a de nombreux partenaires, directs ou indirects, ce qui rajoute encore au poids de l’irrigation. »

Des Picto-Charentais mais pas seulement
Pour les visiteurs (à l’heure où nous mettions sous presse, et alors que le salon n’était pas encore terminé, les organisateurs annonçaient un chiffre de 2500), de nombreuses démonstrations étaient proposées par les exposants. Sondes capacitives, goutte à goutte, moteurs à vitesse variable, les innovations en termes de solutions d’irrigation étaient nombreuses sur le site. À quelques mètres des stands, le Village des semenciers n’était pas non plus dénué d’intérêt pour les visiteurs, avec des essais variétaux de maïs, sorgho, luzerne, tournesol, et même de soja. De quoi intéresser les agriculteurs venus sur le site, depuis la région Poitou-Charentes, mais pas seulement. On notait en effet des gens du Tarn, de l’Isère et des départements limitrophes de la région. Du côté des exposants, on se félicitait également de la qualité des contacts noués sur le site. Outre les exposants, une centaine de bénévoles (des irrigants des quatre départements de la région) se sont relayés durant les deux jours. Une véritable démonstration de présence des irrigants, plus pédagogique et efficace que les démonstrations de force auxquelles les agriculteurs nous avaient jusqu’alors plus habitués.


A l’initiative de l’Adiv, Association des irrigants de la Vienne, un voyage est proposé aux irrigants le 30 septembre pour découvrir une retenue de substitution vendéenne. Plus d’infos auprès de l’association.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Le guichet pour les aides de crise ouvre le 22 juillet
Annoncée en mars, l’aide aux éleveurs ayant dégagé un revenu inférieur à 11000€ en 2020 sera mobilisable du 22 juillet au 15…
Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité