Aller au contenu principal

Calamités
Première ébauche de la refonte de la gestion des risques en prairies

© pxhere

C’est l’une des seules propositions qui se dégagent de la concertation menée depuis l’été dernier par le ministère de l’agriculture sur les outils de gestion des risques. À l’issue d’une réunion, le 5 mars, le rapporteur du ministère a paru résolu à proposer la réforme de l’indemnisation des sécheresses sur prairies dans le cadre du régime des calamités agricoles.
L’objectif est une harmonisation des critères d’évaluation des pertes du régime des calamités avec ceux de l’assurance multirisque climatique (MRC) des prairies afin de limiter les interférences entre les deux services.
Deux mesures d’harmonisation ressortent des documents présentés par le ministère : d’une part, l’utilisation exclusive des outils indiciels issus de l’observation satellitaire (à l’échelle communale) ; et d’autre part, la référence à une moyenne olympique de cinq ans (jusqu’à quinze ans actuellement pour les calamités), que le représentant de la Fnsea, Joël Limousin, souhaite allongée.
Les assureurs se plaignent depuis plusieurs mois du manque de « cohérence » de l’assurance et des calamités dans les cas de l’arboriculture et des prairies où ils coexistent (contrairement aux céréales et à la vigne). Ils constatent de surcroît une forte détérioration de l’image de l’assurance depuis une instruction des pouvoirs publics de 2018 ne permettant plus aux assurés de bénéficier des calamités.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Publicité