Aller au contenu principal

Premières rencontres entre Jacques Mézard et la profession agricole

Le sénateur du Cantal a été nommé ministre de l’agriculture et de l’alimentation le 17 mai. Élu d’un territoire rural, il se veut pragmatique et entend poursuivre le travail de son prédécesseur, dont il a salué l’engagement.

Jacques Mézard va continuer le travail effectué par Stéphane Le Foll mais ne sera pas, à la différence de son prédécesseur, porte-parole du gouvernement.
Jacques Mézard va continuer le travail effectué par Stéphane Le Foll mais ne sera pas, à la différence de son prédécesseur, porte-parole du gouvernement.
© Actuagri

C’est donc le sénateur Jacques Mézard qui été nommé, le 17 mai, ministre de l’agriculture et de l’alimentation par le premier ministre Édouard Philippe (voir Agri 79 du 19 mai). Élu du Parti radical de gauche, président du groupe Rassemblement démocratique et social européen au Sénat, il est l’un des premiers soutiens d’Emmanuel Macron et a participé à l’écriture du programme agricole du candidat à l’élection présidentielle. « Je suis un homme de terrain, pas un homme des médias », a déclaré le nouveau ministre lors de la passation de pouvoirs, une heure après sa nomination, assurant qu’il ne serait pas, lui, porte-parole du gouvernement.

Jacques Mézard a néanmoins salué l’action de son prédécesseur Stéphane Le Foll, qui a battu tous les records de longévité à ce poste en effectuant tout le quinquennat, et entend poursuivre le travail commencé. Celui qui se définit comme « un homme de caractère », attaché au « travail de concertation », est « élu d’un département très rural, parfois même hyper rural, avec toutes les connotations que cela implique », a-t-il rappelé.


Âgé de 69 ans, cet avocat de profession est sénateur du Cantal depuis 2008. Il a siégé au conseil général du même département et a été adjoint au maire d’Aurillac. Il était, au Sénat, membre de la commission des lois et vice-président de la délégation aux collectivités territoriales, au sein de laquelle il a notamment critiqué la nouvelle carte des régions.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité