Aller au contenu principal

Premières rencontres entre Jacques Mézard et la profession agricole

Le sénateur du Cantal a été nommé ministre de l’agriculture et de l’alimentation le 17 mai. Élu d’un territoire rural, il se veut pragmatique et entend poursuivre le travail de son prédécesseur, dont il a salué l’engagement.

Jacques Mézard va continuer le travail effectué par Stéphane Le Foll mais ne sera pas, à la différence de son prédécesseur, porte-parole du gouvernement.
Jacques Mézard va continuer le travail effectué par Stéphane Le Foll mais ne sera pas, à la différence de son prédécesseur, porte-parole du gouvernement.
© Actuagri

C’est donc le sénateur Jacques Mézard qui été nommé, le 17 mai, ministre de l’agriculture et de l’alimentation par le premier ministre Édouard Philippe (voir Agri 79 du 19 mai). Élu du Parti radical de gauche, président du groupe Rassemblement démocratique et social européen au Sénat, il est l’un des premiers soutiens d’Emmanuel Macron et a participé à l’écriture du programme agricole du candidat à l’élection présidentielle. « Je suis un homme de terrain, pas un homme des médias », a déclaré le nouveau ministre lors de la passation de pouvoirs, une heure après sa nomination, assurant qu’il ne serait pas, lui, porte-parole du gouvernement.

Jacques Mézard a néanmoins salué l’action de son prédécesseur Stéphane Le Foll, qui a battu tous les records de longévité à ce poste en effectuant tout le quinquennat, et entend poursuivre le travail commencé. Celui qui se définit comme « un homme de caractère », attaché au « travail de concertation », est « élu d’un département très rural, parfois même hyper rural, avec toutes les connotations que cela implique », a-t-il rappelé.


Âgé de 69 ans, cet avocat de profession est sénateur du Cantal depuis 2008. Il a siégé au conseil général du même département et a été adjoint au maire d’Aurillac. Il était, au Sénat, membre de la commission des lois et vice-président de la délégation aux collectivités territoriales, au sein de laquelle il a notamment critiqué la nouvelle carte des régions.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Le guichet pour les aides de crise ouvre le 22 juillet
Annoncée en mars, l’aide aux éleveurs ayant dégagé un revenu inférieur à 11000€ en 2020 sera mobilisable du 22 juillet au 15…
Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité