Aller au contenu principal
Font Size

Premières rencontres entre Jacques Mézard et la profession agricole

Le sénateur du Cantal a été nommé ministre de l’agriculture et de l’alimentation le 17 mai. Élu d’un territoire rural, il se veut pragmatique et entend poursuivre le travail de son prédécesseur, dont il a salué l’engagement.

Jacques Mézard va continuer le travail effectué par Stéphane Le Foll mais ne sera pas, à la différence de son prédécesseur, porte-parole du gouvernement.
Jacques Mézard va continuer le travail effectué par Stéphane Le Foll mais ne sera pas, à la différence de son prédécesseur, porte-parole du gouvernement.
© Actuagri

C’est donc le sénateur Jacques Mézard qui été nommé, le 17 mai, ministre de l’agriculture et de l’alimentation par le premier ministre Édouard Philippe (voir Agri 79 du 19 mai). Élu du Parti radical de gauche, président du groupe Rassemblement démocratique et social européen au Sénat, il est l’un des premiers soutiens d’Emmanuel Macron et a participé à l’écriture du programme agricole du candidat à l’élection présidentielle. « Je suis un homme de terrain, pas un homme des médias », a déclaré le nouveau ministre lors de la passation de pouvoirs, une heure après sa nomination, assurant qu’il ne serait pas, lui, porte-parole du gouvernement.

Jacques Mézard a néanmoins salué l’action de son prédécesseur Stéphane Le Foll, qui a battu tous les records de longévité à ce poste en effectuant tout le quinquennat, et entend poursuivre le travail commencé. Celui qui se définit comme « un homme de caractère », attaché au « travail de concertation », est « élu d’un département très rural, parfois même hyper rural, avec toutes les connotations que cela implique », a-t-il rappelé.


Âgé de 69 ans, cet avocat de profession est sénateur du Cantal depuis 2008. Il a siégé au conseil général du même département et a été adjoint au maire d’Aurillac. Il était, au Sénat, membre de la commission des lois et vice-président de la délégation aux collectivités territoriales, au sein de laquelle il a notamment critiqué la nouvelle carte des régions.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Publicité